DETROIT

UN FILM SOUS HAUTE TEN­SION. UNE RE­CONS­TI­TU­TION SAISISSANTE.

Studio Ciné Live - - Critiques -

KA­THRYN BI­GE­LOW ne laisse per­sonne in­dif­fé­rent. Avec Ze­ro Dark Thir­ty, elle avait été ac­cu­sée, pêle-mêle, d’apo­lo­gie de la tor­ture, d’an­ti­pa­trio­tisme et de dé­tour­ne­ment de do­cu­ments clas­sés top se­cret. Voi­ci qu’avec Detroit, elle se re­trouve de nou­veau sur la sel­lette. Cette fois, elle se penche sur une sé­rie d’émeutes par­mi les plus des­truc­trices de l’his­toire amé­ri­caine. Elles se sont dé­rou­lées du 23 au 27 juillet 1967 à Dé­troit alors que la ville était pour­tant mon­trée en exemple pour ses re­la­tions har­mo­nieuses entre ses com­mu­nau­tés blanche et noire. Le tort de Bi­ge­low cette fois-ci ? L’aga­ce­ment de cer­tains de voir une réa­li­sa­trice blanche s’em­pa­rer de cette his­toire. Mais, si son score au box-of­fice s’en est res­sen­ti, la dé­cou­verte du film ba­laie cette po­lé­mique dès que la réa­li­sa­trice plonge dans l’ac­tion où elle main­tient le spec­ta­teur en apnée pen­dant 2 h 20. Ces scènes de pré­sen­ta­tion sont es­sen­tielles. Les per­son­nages s’y mul­ti­plient sans qu’on sache qui on va suivre. La réa­li­sa­trice si­gni­fie ain­si qu’elle ne va pas ra­con­ter l’his­toire d’un homme en par­ti­cu­lier mais d’un évé­ne­ment vu à tra­vers de nom­breux re­gards. Puis, pe­tit à pe­tit, elle res­serre son in­trigue pour en ins­tal­ler la co­lonne ver­té­brale : un huis clos étouf­fant dans un hô­tel aux clients ma­jo­ri­tai­re­ment noirs, où les flics dé­barquent à la re­cherche d’un ti­reur. Des forces de l’ordre qui prêtes à tout pour trou­ver le cou­pable, en usant des mé­thodes les plus in­hu­maines. La mise en scène montre de ma­nière fas­ci­nante la ten­sion, l’an­goisse, la sen­sa­tion que la moindre étin­celle peut tout em­bra­ser. Cer­tains poin­te­ront un ma­ni­chéisme fa­cile. Les mé­chants Blancs contre les gen­tils Noirs pour ré­su­mer. Mais, outre le fait qu’il existe des deux cô­tés des per­son­nages plus nuan­cés, ra­con­ter Dé­troit passe par le res­pect his­to­rique de ce qui s’y est pro­duit. Re­vient à mon­trer l’in­hu­ma­ni­té, quitte à pa­raître en ra­jou­ter. À res­ter fi­dèle à la réa­li­té pré­ci­sé­ment parce qu’elle dé­passe la fic­tion. Et le coup de poing vir­tuose qu’elle as­sène tombe pile dans l’Amé­rique de Trump, où di­vi­ser pour mieux ré­gner semble la norme. Ra­re­ment, le pas­sé n’a eu au­tant la cou­leur du pré­sent et du fu­tur. T.C.

De Ka­thryn Bi­ge­low • Avec John Boye­ga, Will Poul­ter, Al­gee Smith, Ja­cob La­ti­more… • 2h23

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.