KING­SMAN - LE CERCLE D’OR

UNE SUITE RÉUS­SIE AUX RE­BON­DIS­SE­MENTS SA­VAM­MENT DISTILLÉS.

Studio Ciné Live - - Critiques -

RÉ­JOUIS­SANTE CO­MÉ­DIE d’es­pion­nage, King­sman avait conquis cri­tiques et pu­blic en 2015. Lo­gique donc que dé­barque cette suite, même si on avait lais­sé pour mort l’un de ses deux pi­liers, cam­pé par Co­lin Firth. Ce der­nier étant pré­sent sur l’af­fiche, on ne spoi­le­ra rien en an­non­çant que son per­son­nage est de re­tour dans ce deuxième vo­let, heu­reu­se­ment riche en sur­prises un peu moins té­lé­pho­nées. Soit donc le King­sman, l’élite du ren­sei­gne­ment bri­tan­nique en cos­tume trois pièces ten­tant de sau­ver le monde d’une me­nace nu­cléaire. Les pre­mières mi­nutes in­quiètent. La mise en place se ré­vèle lente, les scènes d’ac­tion, ef­fi­caces mais pas ren­ver­santes. Puis le film se met en branle en s’ap­puyant sur une ga­le­rie de nou­veaux per­son­nages sa­vou­reux : des « gen­tils », membres de l’or­ga­ni­sa­tion amé­ri­caine Sta­tes­man – al­liée à King­sman – qui a choi­si pour cou­ver­ture, la vente d’al­cools forts à la « mé­chante », une psy­cho­pathe fan d’El­ton John cam­pée avec gour­man­dise par Ju­lianne Moore. Cette der­nière sym­bo­lise le ci­né­ma de Mat­thew Vaughn (Kick Ass) : du di­ver­tis­se­ment pop tra­ver­sé par des scènes bru­tales. Le scé- na­rio joue de cette at­mo­sphère en dis­til­lant sa­vam­ment ses re­bon­dis­se­ments et en lais­sant pla­ner le doute sur la réelle per­son­na­li­té des pré­ten­dus sau­veurs du monde. Bref, cette suite fait le job. Vi­ve­ment l’épi­sode 3 ! T.C.

De Mat­thew Vaughn • Avec Ta­ron Eger­ton, Co­lin Firth, Ju­lianne Moore… • 2 h 21

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.