LO­GAN LU­CKY

STE­VEN SODERBERGH RE­VIENT AU CI­NÉ­MA. AVEC UN EN­THOU­SIASME COM­MU­NI­CA­TIF.

Studio Ciné Live - - Critiques -

IL NE FAUT JA­MAIS dire ja­mais. Lors­qu’il avait dit bye bye au ci­né­ma voi­là quatre ans, Ste­ven Soderbergh s’était d’ailleurs bien gar­dé de le faire. Car ces adieux n’étaient heu­reu­se­ment qu’un simple au re­voir. Un coup de foudre pour un scé­na­rio, le tout pre­mier si­gné par Re­bec­ca Blunt qui, à la re­cherche de conseils, le lui a fait lire, et l’en­vie est re­ve­nue. Sur le pa­pier, il y avait pour­tant de quoi bé­gayer : Lo­gan Lu­cky est un film de casse, genre au­quel le ci­néaste s’est dé­jà sou­vent at­te­lé avec la fran­chise Ocean’s Ele­ven. Deux frères en ap­pa­rence pas très fu­tés fo­mentent un plan pour em­po­cher les re­cettes de la plus grosse course au­to­mo­bile. Un coup né­ces­si­tant l’aide du meilleur bra­queur de coffre-fort de la ré­gion pla­cé sous les ver­rous qu’il va fal­loir faire sor­tir quelques heures de pri­son sans que per­sonne ne s’en rende compte. Bien qu’il soit en ter­rain conquis, Soderbergh ne donne ja­mais le sen­ti­ment de se ré­pé­ter. Parce qu’à tra­vers les mille et une pé­ri­pé­ties de ce bra­quage me­nées sans temps mort, le réa­li­sa­teur ra­conte autre chose : le quo­ti­dien d’une Amé­rique pro­fonde ne comp­tant que sur elle-même pour se sor­tir du ma­rasme. Der­rière le film de casse se cache donc une co­mé­die so­ciale. L’ombre des frères Coen et leur gé­nie co­mique à dé­peindre les bras cas­sés planent sur Lo­gan Lu­cky. Mais on pense aus­si au ré­cent Co­man­che­ria, de Da­vid MacKen­zie, avec cette ma­nière de ra­con­ter par le prisme du di­ver­tis­se­ment le quo­ti­dien pas tou­jours rose de cette Amé­rique des sans­grades ra­re­ment cé­lé­brée au­jourd’hui par Hol­ly­wood. Avec amour. Car si on se marre fran­che­ment, on le fait tou­jours avec les per­son­nages. Et ja­mais contre eux. Soderbergh ap­puie vo­lon­tai­re­ment sur les ap­pa­rentes mal­adresses de ces at­ta­chants Pieds ni­cke­lés pour mieux sa­luer le geste vir­tuose de ce cam­brio­lage en ap­pa­rence im­pos­sible. Avec une maes­tria qu’on re­trouve dans l’in­ter­pré­ta­tion, des ha­bi­tués du ci­néaste comme Chan­ning Ta­tum et Ri­ley Keough aux « pe­tits nou­veaux » comme Da­niel Craig, Ka­tie Holmes ou Hi­la­ry Swank. L’amour de Soderbergh pour les co­mé­diens ne s’est pas éva­po­ré. Ce­lui pour le ci­né­ma semble dé­cu­plé. Welcome back ! T.C.

De Ste­ven Soderbergh • Avec Da­niel Craig, Chan­ning Ta­tum, Ri­ley Keough… • 1 h 59

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.