ÉDOUARD PÉ­RI­COURT,

Studio Ciné Live - - En Couverture -

c’est mon poète. J’avais en tête un Coc­teau dé­fi­gu­ré. Alors nous nous sommes ins­pi­rés d’images d’époque. Il a fal­lu re­trou­ver sa teinte do­rée très par­ti­cu­lière. Il a un rôle im­por­tant à la fin. On a pro­té­gé nos cos­tumes en pa­ti­nant l’image pour évi­ter le cô­té cha­toyant. Je vou­lais me rap­pro­cher des au­to­chromes d’Al­bert Kahn. On a désa­tu­ré les cou­leurs pour re­co­lo­ri­ser en­tiè­re­ment le film. C’est ce qui donne ce grain d’époque à l’image.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.