FIC­TION N° LA VIO­LETTE

Stylist - - Beauté -

Son ef­fet pou­dré sent bon les confi­se­ries ré­tro, sa dou­ceur flo­rale un brin frui­tée ap­porte sou­vent un peu de liant à une com­po­si­tion.

Dans la vraie vie (de la par­fu­me­rie): ce n’est pas la fleur qui est dis­til­lée mais ses feuilles à l’odeur verte et ter­reuse, qui donne l’im­pres­sion de les frois­ser dans le creux de la main. « C’est boi­sé, un peu hu­mide, ça rap­pelle le cèdre ou le vé­ti­ver, avec le cô­té fleu­ri de l’iris, tout en évo­quant le concombre», pré­cise Do­mi­nique Ro­pion, par­fu­meur. Dans le fla­con : « c’est une note pou­drée au cô­té très désuet, avec une touche de fram­boise et un peu de vert», ex­plique Pierre Au­las, di­rec­teur ar­tis­tique ol­fac­tif Thier­ry Mu­gler. Elle est re­cons­ti­tuée à grand ren­fort d’io­nones et de mé­thy­lio­nones, des mo­lé­cules de syn­thèse qui sentent bon la poudre de co­cotte, une dou­ceur flo­rale un peu aqueuse et su­crée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.