MU­SIQUE OU­BLIER LA SE­MAINE

Stylist - - Beauté -

Fin de la se­maine. Et dé­jà la moi­tié de votre ti­me­line est rem­plie de ces mes­sages qui vantent les mé­rites du pe­tit pa­ra­dis qu’est le week-end. On est en droit de se de­man­der si ce n’est pas pour vivre en détente per­pé­tuelle qu’abel Tes­faye a choi­si le pseu­do The Weeknd. Car oui, c’est le nou­veau prince du R&B et il l’est de­ve­nu sans se for­cer. Une non­cha­lance sen­suelle qui trans­pire par toutes les notes et les mé­lo­dies du troi­sième al­bum du Ca­na­dien. L’al­bum Star­boy (pro­phé­tie au­to-réa­li­sa­trice) suc­cède au raz-de-ma­rée en­gen­dré par Beau­ty Be­hind the Mad­ness, avec des col­la­bo­ra­tions comme Daft­punk, La­na Del Rey, Ken­drick La­mar ou Fu­ture qui placent dé­fi­ni­ti­ve­ment The Weeknd en or­bite. Ce nou­vel al­bum est une usine à tubes mais aus­si LA bande ori­gi­nale of­fi­cielle de toutes vos nuits moites, celles dont même vos draps se sou­viennent. Bref, ça va ni­quer sé­vère après avoir dan­sé col­lé-ser­ré. On ne va pas se plaindre. Et puis si on aime les par­touzes, ren­dez-vous le 28 fé­vrier à Ber­cy pour son unique concert en France. J.R.

Star­boy de The Weeknd (Def­jam).

ABEL TES­FAYE AKA THE WEEKND

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.