Pour­quoi l’ex­pres­sion risque de res­ter

Stylist - - Décryptage -

Parce qu’elle a don­né son nom à un genre de co­mé­die. À par­tir de 2013, an­née où les stu­dios ont in­té­gré da­van­tage de pre­miers rôles fé­mi­nins dans les fic­tions, dont des per­son­nages de lo­seuse, né­vro­sée, égo­cen­trique, al­coo­lique, ar­ri­viste, ma­ni­pu­la­trice, dé­pres­sive… Young Adult, Mes meilleures amies, les ré­centes sé­ries You’re the Worst ou en­core Flea­bag sont des un­li­kable wo­men mo­vies. Comme le sou­li­gnait l’ac­trice in­dé et au­teure an­glaise Jane Buss­mann au jour­nal The In­de­pendent en 2013 : « Les femmes sont éle­vées et condi­tion­nées pour ne frois­ser per­sonne, ne pas pa­raître hor­ribles. Or, les deux choses qui fonc­tionnent dans une co­mé­die, c’est bien d’être hor­rible et d’éner­ver les gens. » CQFD.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.