RO­BOTS APRÈS TOUT

Stylist - - Lifestyle -

C ’est quoi, un jeu vi­déo dif­fi­cile ? À en croire de vieux sou­ve­nirs d’en­fance, c’est une nuit pas­sée les yeux col­lés à l’écran à se tordre les pouces sur une ma­nette ru­di­men­taire, pour ve­nir à bout d’une bes­tiole pixel­li­sée au terme de quelques cen­taines de ten­ta­tives (nos­tal­gie). Mais pour Da­vid Cage, sorte de Ch­ris­to­pher No­lan du joys­tick de­ve­nu en dix ans le nom le plus sui­vi et le plus cli­vant du ga­ming d’au­teur, un jeu dif­fi­cile n’est pas af­faire de chal­lenge tech­nique et autres dé­lires ma­sos : il consiste à sa­voir bien dé­ci­der, et as­su­mer les consé­quences. Le pre­mier écran

de son De­troit : Be­come Hu­man, th­riller SF ul­tra-at­ten­du (« comme le mes­sie » pour cer­tains, « au tour­nant » pour beau­coup), nous pré­vient : choi­sis­sez bien votre ni­veau de dif­fi­cul­té, le plus cor­sé pour­rait vous ame­ner à « tuer des

per­son­nages cen­traux ». Wow : le same player shoot again, c’est ter­mi­né ? Eh oui : on en­tend ra­re­ment ça dans le jeu vi­déo mais ici, on n’a

qu’une vie. En 2038, les hu­mains co­ha­bitent avec des an­droïdes, dont cer­tains se dé­couvrent un libre ar­bitre et tentent de conqué­rir leur li­ber­té. On en contrôle al­ter­na­ti­ve­ment trois, et ce qui compte n’est pas le gros dé­jà-vu de la dys­to­pie (une louche de Blade Run­ner, un fi­let de A.I., etc.), mais la folle ex­pé­rience de res­pon­sa­bi­li­té et de ten­sion à la­quelle elle nous in­vite : on tra­verse des crises, des di­lemmes, on fait des choix en quelques se­condes, et on en su­bit les consé­quences jus­qu’à la fin. Cer­tains poussent fort le cur­seur du drame : il est ques­tion de vio­lence do­mes­tique, de ten­dances sui­ci­daires, de trau­mas d’en­fance à ne ré­veiller sous au­cun pré­texte. Alors certes, De­troit ne vous de­man­de­ra pas de de­ve­nir un vir­tuose de la com­bi­nai­son de touches im­pos­sibles. Il pré­fé­re­ra la flui­di­té d’une nar­ra­tion aux airs de grande ci­né­ma­tique in­te­rac­tive, comme un block­bus­ter ar­bo­res­cent à la li­sière du film et du jeu. Mais pour­tant vous pour­riez, au dé­tour d’un mau­vais choix, re­gret­ter vos bons vieux cra­que­ments de pha­langes. T.R. De­troit : Be­come Hu­man de Da­vid Cage, Quan­tic Dream, 55 € (PS4).

Le règne des consoles qui filent des en­torses au poi­gnet est ter­mi­né, ce­lui de celles qui en filent au cer­veau com­mence.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.