PARCE QUE…

Stylist - - Beauté -

VOUS ÊTES MAINS­TREAM

Cette an­née, la seule ex­po que vous êtes

al­lée voir, c’est Nym­phéas. L’abs­trac­tion amé­ri­caine et le der­nier Monet au mu­sée de l’oran­ge­rie. Non par amour des im­pres­sion­nistes, mais clai­re­ment pour pim­per votre fil Ins­ta­gram. Plus ba­sic bitch, tu m’ap­pelles. Sauf que. Lorsque vous vous êtes re­trou­vée face au Saule pleu­reur, vous avez été submergée par un sen­ti­ment de paix in­té­rieure si grand que vous en avez fait tom­ber votre ip­hone par terre sans trou­ver ça grave. La force de l’art tout de même…

VOUS ÊTES IMMATURE

En 2015, vous au­riez pu voir Mus­tang, mais vous êtes in­ca­pable de re­gar­der autre chose que des des­sins ani­més. Une âme cha­ri­table vous conseille Vice-ver­sa « aus­si-bien-pour-les-pe­titsque-les-grands-tu-va­sa­do­rer-et-sans-te-ta­per-lah­chou­ma-pour-une-fois ». 1 h 34 de rol­ler­coas­ter émo­tion­nel en com­pa­gnie des per­son­nages Joie, Peur, Co­lère, Dé­goût et Tris­tesse vous au­ra convain­cue que : 1/vous êtes po­ten­tiel­le­ment schi­zo­phrène pour rire et pleu­rer en même temps comme ça, 2/dans la vie, il n’y a rien de bon ou de mau­vais, tout est ques­tion d’équi­libre.

VOUS ÉTIEZ UNE NERD

En 2010, alors que tout le monde ne jure que par la Zum­ba, vous car­bu­rez dé­jà au yo­ga. Pour­quoi ? Pour la seule rai­son qu’à l’école, au lieu de perdre votre temps à être po­pu­laire, vous écou­tiez en classe. Ré­sul­tat, vous par­lez an­glais fluent­ly et avez été ca­pable de lire Slim Calm

Sexy Yo­ga del’ amé­ri­caine mo­del-yog i-plus-bonne que-la-plus-bonne-de-tes co­pines Ta­ra Stiles. Une vraie bible qui vous a per­mis d’ac­croître votre sou­plesse phy­sique et men­tale, tout en de­ve­nant aus­si chaude qu’une pub Ame­ri­can Ap­pa­rel. D’une pierre, deux coups.

VOUS ÊTES UNE GROUPIE

En 2008, vous êtes fan de cette li­corne ra­dio­ac­tive qu’est dé­jà Gwy­neth Pal­trow. Lors­qu’elle lance sa news­let­ter Goop, votre pe­tit coeur ex­plose de joie. Vous sui­vez les pré­ceptes de ses posts à la lettre, no­tam­ment lors­qu’elle conseille dans The Po­wer of De­toxi­fi­ca­tion and Get­ting

Clean de vous faire des « hot and co­ol baths » pour « re­ju­ve­nate your life ». De­puis, vous pre­nez un bain par jour. Vous irez sû­re­ment brû­ler dans l’en­fer du ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique mais au moins, vous se­rez avec « gee­pee » (ceux qui savent, savent).

VOUS AVEZ LA TÉ­LÉ

En 2001, vous pas­sez le plus clair de votre temps à zo­ner avec votre meilleure amie : un bon gros té­lé­vi­seur ca­tho­dique. Là, vous voyez une pub qui com­mence comme un mau­vais por­no ama­teur de l’est : une fille entre chez un gar­çon, le gar­çon entre chez la fille (lin­gua­le­ment par­lant) sur le ca­na­pé et là... BIM, elle meurt cette sotte, em­pa­lée sur une four­chette qui traîne entre deux cous­sins. Si cette pub Ikea vous au­ra fait mou­rir de rire, elle vous au­ra sur­tout ap­pris une chose : un in­té­rieur bien ran­gé est es­sen­tiel à la sé­ré­ni­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.