LE COOKBOOK CLUB DE… CA­MILLE LA­BRO

Stylist - - Lifestyle -

Jour­na­liste et au­teure « qui mange », Ca­mille La­bro vient de pu­blier Af­faires de goût aux éditions Rouergue, com­pi­lant ses in­ter­views gour­mandes de per­son­na­li­tés ef­fec­tuées pour M le ma­ga­zine du Monde. Nous lui avons de­man­dé ses trois livres pré­fé­rés pour ré­veiller nos pa­pilles.

LA BONNE CUI­SINE DU COM­TÉ DE NICE DE JACQUES MÉ­DE­CIN (ÉD. JUL­LIARD, )

« J’ai gran­di dans l’ar­rière-pays ni­çois, et ce livre, c’est ma Bible, j’y re­viens tout le temps. Non pas que j’ad­mire la per­sonne, Jacques Mé­de­cin ayant été très contes­té lors de son pas­sage à la mai­rie de Nice (de 1965 à 1990, ndlr), mais ce livre condense toutes les re­cettes qui ont ber­cé mon en­fance. On y parle de lé­gumes far­cis, de pois­sons de roches, de sa­lade ni­çoise… D’ailleurs, j’ai eu grand dé­bat avec la cheffe Alice Wa­ters à ce su­jet : faut-il ou non y in­té­grer des pommes de terre ? Et la ré­ponse est non, pas de lé­gumes bouillis dans la Ni­çoise. »

L’ART DE LA CUI­SINE SIMPLE D’ALICE WA­TERS (ÉD. KÉRIBUS / ACTES SUD, )

« J’ai des liens af­fec­tueux et sen­ti­men­taux avec l’au­teure et ce livre, parce qu’alice est ma mar­raine de coeur. Je suis née à Ber­ke­ley en Ca­li­for­nie où elle a mon­té son res­tau­rant Chez Pa­nisse. Elle connaît mes pa­rents de­puis les an­nées 60 et m’a vue naître. D’ailleurs, elle s’est dite très ins­pi­rée par la cui­sine pro­ven­çale de ma mère lors­qu’elle a ou­vert son res­to. L’art de la cui­sine simple n’est pas son pre­mier livre mais c’est son best-sel­ler sor­ti il y a onze ans mais ja­mais pa­ru en fran­çais. Je me suis donc at­te­lée à sa tra­duc­tion, ai to­qué à la porte des mai­sons d’édi­tion. Cet ou­vrage n’a rien d’ar­ti­fi­ciel, cer­tains édi­teurs lui re­pro­chaient de ne pas avoir de pho­tos. On ap­prend les bases, les tech­niques, à bien choi­sir l’ali­ment et à le cui­si­ner. Ce livre dé­fend une cui­sine de va­leur, c’est la quête du dé­li­cieux. »

LE RES­TAU­RANT DE L’AMOUR RE­TROU­VÉ D’ITO OGA­WA (ÉD. PHI­LIPPE PIC­QUIER, )

« J’adore les ro­mans cu­li­naires, en fait, j’adore lire sur la cui­sine, ça me pas­sionne plus que les livres de re­cettes. L’his­toire est celle d’une jeune femme qui, après un cha­grin d’amour, a per­du sa voix. Elle dé­cide de se ré­fu­gier dans le vil­lage de sa mère et d’y ou­vrir un res­tau­rant avec une seule table. Elle soigne sa peine en cui­si­nant. J’aime l’idée que la cui­sine donne du baume au coeur. Je conseille aus­si les ro­mans de Ryo­ko Se­ki­gu­chi, Man­ger fan­tôme ou en­core Na­go­ri sur les sai­sons en cui­sine. Les au­teur.e.s ja­po­nais.e.s ont l’art sub­til de poé­ti­ser la cui­sine, même dans leurs ou­vrages. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.