AL­BUM SA­TIRE À VUE

Quand un mor­ceau de Lai­bach se ter­mine, le si­lence qui suit est en­core de Kim Jong-un.

Stylist - - Culture -

En 2015, un groupe étran­ger a été in­vi­té à jouer pour la pre­mière fois en Co­rée du Nord. Et pas n’im­porte le­quel. Née sur les cendres de l’ex-you­go­sla­vie, la for­ma­tion slo­vène Lai­bach s’est fait connaître avec des concerts contro­ver­sés où ses membres dé­tour­naient l’es­thé­tique to­ta­li­taire (uni­formes mi­li­taires et rock mar­tial), en main­te­nant l'am­bi­guï­té sur ses in­ten­tions : dé­non­cia­tion ou cé­lé­bra­tion du fas­cisme ? Leur spec­tacle à Pyon­gyang, do­cu­men­té dans un film et un al­bum, se pré­sente sous la forme d’un im­pro­bable re­make de La Mé­lo­die du bon­heur (le film pré­fé­ré de Kim Jung-ii), mixé à des chants tra­di­tion­nels co­réens. Le groupe se paye la tête du Guide Su­prême, certes, mais à quel

de­gré ? Comme d’ha­bi­tude avec la Co­rée du Nord : on ne sait ja­mais dis­tin­guer le pre­mier du dixième. Aux au­di­teurs de se faire leur in­ter­pré­ta­tion : plus qu’une pa­ro­die du ré­gime, cer­tains se­ront sans doute ten­tés d’y voir un mi­roir dé­for­mant et ri­ca­neur, ten­du à des so­cié­tés oc­ci­den­tales moins im­mu­ni­sées qu’elles ne le croient contre le re­lent au­to­ri­ta­riste. B.F. The Sound of Mu­sic de Lai­bach (Mute Re­cords). Li­be­ra­tion Day de Mor­ten Traa­vik, lai­bach.org

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.