EXPO ARAI­GNÉE AU PLA­FOND

Et si l’uni­vers éten­du de Spi­der-man al­lait un peu trop loin ?

Stylist - - Culture -

Q

ue se­rions-nous sans la drogue ? C’est au cours d’une « jam ses­sion cos­mique » avec un cha­man, dans son Ar­gen­tine na­tale, que Tomás Sa­ra­ce­no a com­pris que l’homme et la na­ture étaient in­ter­con­nec­tés. Mieux : que la faune et la flore pro­dui­saient leurs propres chefs-d’oeuvre. Sa­ra­ce­no est ren­tré à Ber­lin avec l’en­vie folle de fa­bri­quer

des toiles d’arai­gnée. Soixante-quinze col­la­bo­ra­teurs et plus de cinq cents arach­nides (oui, des vraies !) s’at­tellent ain­si de­puis deux ans à conce­voir

des oeuvres-toiles qua­si in­vi­sibles. À la fois hy­per-tech­nique et hy­per-poé­tique, cette pro­duc­tion sans pa­reil s’ex­pose au Pa­lais de To­kyo pour une carte blanche im­pres­sion­nante. Les ca­thé­drales fra­giles des arai­gnées tra­vailleuses sont ex­po­sées dès l’en­trée. L’ac­cent est mis sur cet in­fra-monde, que l’on ob­serve mais sur­tout que l’on écoute. Par exemple : Soun­ding The Air, l’une des plus belles ins­tal­la­tions, où, dans la pé­nombre, on écoute le frot­te­ment de l’air sur les longs fils de soie – une mu­sique qui ne se­ra pas sans vous rap­pe­ler le did­ge­ri­doo de vos an­nées Tryo. « Il faut écou­ter ce qu’ont à nous dire ces ani­maux pré­his­to­riques et en­tendre ce nou­vel es­pé­ran­to », s’en­thou­siasme Sa­ra­ce­no. On est par­tant.e.s pour cette ses­sion cos­mique. M.C.

On Air de Tomás Sa­ra­ce­no, Pa­lais de To­kyo, 13, ave­nue du Pré­sident-wil­son, Pa­ris-16e, jus­qu’au 6 jan­vier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.