FILM P’TIT LOUIS

Au rayon « tuer le père », le ci­né­ma fran­çais tient son droit de ré­ponse à Star Wars.

Stylist - - Culture -

P aris, deux femmes, un homme au mi­lieu. Pas de doute : Louis Gar­rel est bien le fils de son père. L’oc­ca­sion pour lui d’éprou­ver la so­li­di­té de ce vieil adage ci­né­fi­lou : mieux vaut par­tir du cli­ché (pa­ter­nel) qu’y arriver. 1. Par­tir d’un tri­angle amou­reux dont pa­pa Gar­rel a sans mé­na­ge­ment pon­cé les cô­tés, les som­mets, les angles (en­fin sur­tout les im­passes). 2. Dans sa chambre, en re­mo­de­ler to­ta­le­ment les règles eu­cli­diennes, sans se sou­cier du qu’en-di­ra-pa­pa. On avait dé­jà dis­cer­né chez le fis­ton ce goût pour le crime de lèse-pa­ren­té – re­pen­ser à sa contre­fa­çon pos­tiche et pos­tillons de Go­dard (l’idole du padre) dans Le Re­dou­table d’ha­za­na­vi­cius. Mais L’homme fi­dèle confère un peu plus de consis­tance et de sa­veurs à ce bras-de-fer gé­néa­lo­gique : le ré­cit suit scru­pu­leu­se­ment les cha­pitres du ro­man fa­ta­liste gar­re­lien (l’amour y est voué à l’échec, si­non à la mort) tout en pi­ra­tant mé­tho­di­que­ment cha­cune de ses pro­prié­tés – le film est une farce conju­gale grin­çante, co­lo­rée, in­con­sé­quente, ivre de re­battre ses cartes ma­cabres à chaque sé­quence. Alors, fils in­digne et in­grat, le Lou­lou ? Peut-être – et en même temps : quel en­fant n’a ja­mais rê­vé de dé­ri­der son pa­pou­net triste en lui crayon­nant sur le vi­sage un pe­tit nez de clown ? L.B. L’homme fi­dèle de Louis Gar­rel avec lui-même, Lae­ti­tia Cas­ta et Li­ly-rose Depp, 1 h 15.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.