SU­SAN PIVER, LE CHE­MIN DE L’AMOUR

Stylist - - Les Gardiens De La Galaxie -

Son craft : en­sei­gnante boud­dhiste, abon­née aux best-sel­lers du New York Times (9 au comp­teur, res­pect), elle est aus­si prof de mé­di­ta­tion et a créé le Open Heart Pro­ject, une com­mu­nau­té de mind­ful­ness en ligne. Elle fait par­tie de l’école ti­bé­taine, « dif­fé­rente de celle du zen », pré­cise-t-elle. Rock star de son game, elle a une au­ra hyp­no­ti­sante et donne ré­gu­liè­re­ment des confé­rences de­vant des mil­liers de per­sonnes. Ré­cem­ment, elle a éga­le­ment pro­di­gué des conseils pour « ap­prendre à ai­mer Do­nald Trump (qu’elle dé­teste a-t-elle in­sis­té, ndlr),

sans perdre son âme ».

Ses ouailles : des di­zaines de mil­liers de per­sonnes abon­nées à ses vi­déos sur su­san­pi­ver.com, par­mi les­quelles on re­trouve Ga­rance Do­ré.

Son épi­pha­nie : « Il y a vingt-cinq ans, j’étais bar­ten­der, et ma vie n’avait rien à voir avec celle d’au­jourd’hui. Par ha­sard, j’ai lu The Heart

of the Bud­dha, qui ex­plique que la seule spi­ri­tua­li­té pos­sible est de faire l’ex­pé­rience de sa propre vie. En vi­vant le plus plei­ne­ment pos­sible, en ou­vrant son coeur. Ça m’a bou­le­ver­sée et je me suis conver­tie au boud­dhisme. La re­li­gion n’est pas un sys­tème de croyance, ni un en­semble de dogmes, c’est un che­min. »

Ce qu’elle fait pour vous : vous ai­der à lâ­cher prise pour mieux vous connec­ter au monde et aug­men­ter votre don de com­pas­sion. « Je li­sais une in­ter­view du fon­da­teur de Twit­ter, qui ra­con­tait qu’il avait fait une re­traite mé­di­ta­tive pour ha­cker sa conscience. C’est une fa­çon d’ap­pré­hen­der la mé­di­ta­tion à re­bours. La mé­di­ta­tion n’est pas un che­min pour al­ler quelque part, avec un but pré­cis : c’est plu­tôt une dé­cou­verte vers l’in­con­nu. C’est elle qui va vous ha­cker, qui va vous ame­ner ailleurs. »

Sa mis­sion : « J’es­saye de rendre la pra­tique ac­ces­sible au plus grand nombre, grâce à des confé­rences et des groupes de mé­di­ta­tion spé­ci­fiques en fonc­tion des be­soins de chacun (il y a des groupes pour jeunes mères, par exemple, qui mêlent mé­di­ta­tion, lec­ture et dé­bat, ndlr). Je mi­lite aus­si pour plus d'in­clu­si­vi­té : en Oc­ci­dent, lorsque vous al­lez en cours de mé­di­ta­tion boud­dhiste ou de yoga, la plu­part des gens sont blancs. J’es­saye de for­mer plus de pro­fes­seur.e.s d’ori­gines dif­fé­rentes et plus de membres de la com­mu­nau­té LGBTQIA+. »

Son ob­ses­sion : « La mé­di­ta­tion n’est pas un life hack. En Oc­ci­dent, cette science est vue comme une tech­nique pour ré­duire votre taux de cor­ti­sol, faire bais­ser votre pres­sion san­guine et vous trans­for­mer en meilleur ma­na­ger. Sauf que le coeur de l’ex­pé­rience est une trans­for­ma­tion spi­ri­tuelle : ce­la va vous rendre plus au­then­tique mais aus­si plus vul­né­rable. C’est par­fois agréable, par­fois c’est très dur. Les tech­niques New Age, comme l’uti­li­sa­tion de cris­taux ou la conver­sa­tion avec les es­prits, ont pour but de vous ai­der à trans­cen­der le mo­ment pré­sent pour vous trans­por­ter vers un en­droit sans dou­leur. Or, le pre­mier état dans le­quel vous met la mé­di­ta­tion est une sorte de mélancolie. »

Son life hack : « Nous sommes constam­ment en train de tra­vailler sur nous-mêmes, de nous sentir in­com­plet.ète.s, in­ca­pables. N’en­vi­sa­gez pas la mé­di­ta­tion ou le well­ness comme “un pro­jet à ac­com­plir” pour mo­di­fier votre per­son­na­li­té. Ar­rê­tez les chal­lenges ! Vi­vez avec vous, en­tiè­re­ment, en ac­cord avec vos cô­tés brillants et vos dé­fauts. Comme lorsque vous vi­vez avec quel­qu’un que vous ai­mez. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.