LA QUES­TION SANS RÉ­PONSE

Com­ment créer une langue par­lée par tous sans ré­duire la com­plexi­té du monde ?

Stylist - - ENQUÊTE -

Cest lune des ques­tions po­sées par lhy­po­thèse de Sa­pir-Whorf, se­lon la­quelle les ca­rac­té­ris­tiques dune langue af­fectent la fa­çon de voir le monde de ceux qui la parlent. Hor­mis la lé­gende sur la tri­po­tée de mots pour dire la neige en inuit (oui, cest une idée re­çue, ne pleure pas Bi­bi­foc), cest glo­ba­le­ment la SF qui a le mieux ex­plo­ré la ques­tion. Da­bord Or­well dans 1984 avec sa nov­langue, un anglais mé­ga-sim­pli­fié pour évi­ter les pen­sées com­plexes. Plus près de nous, cest sur cette hy­po­thèse que se base par exemple tout len­jeu de Pre­mier contact. Les lin­guistes, hé­ros de ce film de SF réa­li­sé par De­nis Ville­neuve, sont là pour étu­dier les hep­ta­podes, ar­ri­vés sur Terre dans une len­tille de contact géante et qui, pour sex­pri­mer, des­sinent de très jo­lis tests de Ror­schach (Les Ca­hiers du cinéma, si vous avez be­soin de nou­veaux cri­tiques, nhé­si­tez pas à ap­pe­ler la rédaction). Cest grâce à cette hy­po­thèse que les lin­guistes com­prennent que les aliens, dont le langage ne per­met pas une concep­tion li­néaire du temps, ont la ca­pa­ci­té de lire la­ve­nir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.