AL­LER PLUS HAUT

Stylist - - Story - Faire du ciel le plus bel en­droit de la Terre.

Ma­lick, de­puis dix ans, c’est une his­toire d’as­cen­seur. L’as­cen­seur du pro­fane et du sa­cré – va-et-vient per­pé­tuel entre le ren­du vi­brant des sen­sa­tions ter­restres (mains dans les blés, tout ça) et ce­lui des ap­pels ve­nus du ciel (so­leils ra­sants, voix off mys­tiques). Mais aus­si as­cen­seur émo­tion­nel, sa puis­sance épi­pha­nique ayant dé­va­lué jus­qu’à de­ve­nir une pa­tau­geoire de gim­micks faite de ca­mé­ra-épaule, de jeux d’eau, d’ac­co­lades im­pro­bables et de cueillette de fruits des bois. Or ce mau­vais es­prit, cette en­vie gran­dis­sante de se mo­quer du plus spi­ri­tuel des ci­néastes amé­ri­cains, il faut s’en dé­bar­ras­ser pour al­ler voir son nou­veau film. Non pas que Ma­lick aban­donne son lan­gage – sim­ple­ment il ne l’a sû­re­ment pas aus­si gra­cieu­se­ment par­lé de­puis Tree of Life. Une vie ca­chée ra­conte l’his­toire (vraie) d’un ob­jec­teur de conscience au­tri­chien de la WWII : un pay­san né entre une mon­tagne et un nuage, qui n’au­rait vé­cu que d’amour, d’eau fraîche, de joies fa­mi­liales et de la­beurs pas­to­raux, si la conscrip­tion ne l’avait for­cé à s’en­ga­ger sous la ban­nière gam­mée – ce qu’il re­fu­se­ra quitte à en payer le plus fort des prix. C’est l’his­toire d’un pa­ra­dis dont on des­cend mais qu’on em­porte avec soi pour sup­por­ter l’en­fer – donc le su­jet par­fait pour Ma­lick. Et l’oc­ca­sion de lui re­con­naître, quand bien même son pan­théisme to­ni­truant n’est ja­mais à l’abri de la ca­ri­ca­ture, qu’il est bien le der­nier à s’achar­ner à re­ven­di­quer la grande forme, et la croyance. Amen. T.R. Une vie ca­chée de Ter­rence Ma­lick avec Au­gust Diehl, Va­le­rie Pach­ner, 2 h 53.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.