Es­telle De­nis

L’émis­sion quo­ti­dienne où Es­telle De­nis com­mente avec sa bande l’ac­tua­li­té du foot ren­contre un jo­li suc­cès. Elle vient par ailleurs de pu­blier ses conseils à celles (et ceux) qui veulent es­sayer le « run­ning » dans De­main, je m’y mets ! (vrai­ment).

TÉLÉMAGAZINE - - SOMMAIRE - PAR FRÉ­DÉ­RIC JARREAU

Com­ment est né ce livre ?

Les édi­tions First avaient en­vie de faire un livre sur le run­ning. Et on me l’a pro­po­sé. J’ai ré­flé­chi : j’ai dé­jà cou­ru un ma­ra­thon, mais don­ner des conseils… je trou­vais ça pré­ten­tieux. Mais je me suis dit qu’aux filles qui veulent se lan­cer, j’avais for­cé­ment des choses à dire.

Quels sont les bien­faits du run­ning ?

Beau­coup de co­pines au­tour de moi veulent se re­mettre au sport sans sa­voir com­ment. Pas la peine de s’ins­crire dans une salle où l’on ne va que trois fois dans l’an­née. Faire du run­ning, c’est gra­tos ! Une bonne paire de pompes suf­fit. Moi, ça m’ap­porte beau­coup. Quand je ne vais pas bien, quand je veux prendre l’air, quand je veux perdre du poids, je cours !

Faut-il s’y mettre pro­gres­si­ve­ment pour plus d’ef­fi­ca­ci­té ?

Il ne s’agit pas de cou­rir un ma­ra­thon dès le dé­but, mais d’y al­ler en dou­ceur et par étape. On peut dé­bu­ter par de la marche ra­pide et mon­ter en puis­sance et en du­rée : dix mi­nutes d’abord, puis douze, puis qua­torze… Je re­çois des mes­sages de « spé­cia­listes » qui me disent que cou­rir moins de qua­rante mi­nutes, ça ne sert à rien… Mais de quoi je me mêle ! À cha­cun son rythme, je ne suis pas là pour for­cer les gens.

Vos conseils sont clai­re­ment des­ti­nés aux femmes. Est-ce que vous don­ne­riez les mêmes aux hommes ?

Les mecs veulent tout de suite faire le ma­ra­thon ! Mais ils se lancent sou­vent sans pré­pa­ra­tion. Sur les ma­ra­thons, je n’ai ja­mais vu une seule femme aban­don­ner ; des hommes, oui, sou­vent. Les femmes suivent à la lettre les re­com­man­da­tions, comme pour une re­cette. Le be­soin de sé­cu­ri­té, sû­re­ment !

Votre émis­sion sur l’Équipe car­tonne. Com­ment vous y sen­tez­vous ?

Au bout de quelques jours, j’avais l’im­pres­sion d’être là de­puis dix ans ! Je suis à ma place. On ar­rive à dé­battre de tout. J’aime la mau­vaise foi, j’aime les dé­bats qui durent avant et après l’émis­sion ; on est une bande avec vingt-cinq chro­ni­queurs qui tournent, de per­son­na­li­tés et d’âges dif­fé­rents…

Et même votre com­pa­gnon Ray­mond Do­me­nech !

Oui, pour­quoi se pri­ver de son ex­pé­rience ?!

Quelle se­ra votre place dans la cou­ver­ture de la Coupe du Monde sur l’an­tenne de l’Équipe ?

On se­ra sur le su­jet 24h/24, les émis­sions se­ront al­lon­gées pour l’oc­ca­sion. Ça consi­tue réel­le­ment un énorme chal­lenge pour nous tous.

Croyez- vous aux chances de l’équipe de France ?

J’ai vrai­ment en­vie d’y croire. L’équipe est jeune, avec ses dé­fauts et ses qua­li­tés…

Sur C8 l’an der­nier et au­tre­fois sur TF1, vous étiez da­van­tage dans le di­ver­tis­se­ment. Vous ne re­gret­tez pas cette époque ?

Là, même si on parle de foot­ball, on ri­gole. Les va­rié­tés, c’est moins mon truc. J’aime être en­tou­rée, je m’en­nuie un peu quand je suis toute seule. J’ai en­vie de me mar­rer, j’aime le di­rect !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.