EN COU­VER­TURE >

De gé­né­ra­tion en gé­né­ra­tion se trans­met au sein de ces dy­nas­ties une pas­sion vis­cé­rale pour la scène et le pu­blic. Pa­no­ra­ma des plus il­lustres tri­bus du show-bu­si­ness hexa­go­nal.

TÉLÉMAGAZINE - - SOMMAIRE - PAR BÉ­NÉ­DICTE FLYE SAINTE MA­RIE

Hal­ly­day, Gains­bourg, Du­tronc… Les fa­milles qui règnent sur la mu­sique

Àforce de les voir s’en­tre­dé­chi­rer par tri­bunes mé­dia­tiques et avo­cats in­ter­po­sés, on ou­blie presque que les Hal­ly­day forment aus­si et sur­tout un clan ar­tis­tique. Dans la fa­mille Smet, on trouve : John­ny, le ro­ckeur aux cent mil­lions d’al­bums ven­dus, à qui l’on doit un de­mi-siècle de bon­heur et des ki­lo­mètres de tubes dans les rayon­nages ; son ex-femme Syl­vie Var­tan, avec qui il a par­ta­gé une re­la­tion chao­tique et d’in­nom­brables duos ; et le fruit de leur idylle, Da­vid Hal­ly­day, qui a si­gné en 1999 Sang

pour sang, opus double disque de dia­mant qui a été l’un des triomphes ma­jeurs de son cé­lèbre pa­pa… Quant à sa de­mi-soeur Laura Smet, fille de John­ny et de Na­tha­lie Baye, si elle n’a ja­mais sou­hai­té s’aven­tu­rer dans le même sillon, elle s’ins­crit ce­pen­dant dans le pan­théon dis­co­gra­phique na­tio­nal grâce à l’im­pé­ris­sable Laura, mor­ceau que lui consa­cré John­ny Hal­ly­day et qui est res­té au Top 50 pen­dant plus de six mois en 1987.

Comme Syl­vie et John­ny, ils étaient fol­le­ment épris l’un de l’autre mais leurs che­mins ont fi­ni par se sé­pa­rer. « J’ai beau­coup ai­mé Gains­bourg mais j’ai eu peur de Gains­barre » ex­pli­quait Jane Bir­kin à ceux qui s’éton­naient de voir vo­ler en éclats ce tan­dem my­thique. La jo­lie an­glaise in­gé­nue et la longue ro­mance qu’elle a eue avec son Pyg­ma­lion Serge Gains­bourg ont néan­moins en­gen­dré l’une des plus re­mar­quables li­gnées de la va­rié­té fran­çaise, avec en tête de file leur fille Char­lotte Gains­bourg, timbre ti­mide mais vrai tem­pé­ra­ment, qui a re­çu en 2018 la Vic­toire de la mu­sique de la Meilleure in­ter­prète fé­mi­nine. Sa ca­dette, Lou Douillon, fille de Jane Bir­kin et du réa­li­sa­teur Jacques Doillon, fait aus­si l’una­ni­mi­té dans ce do­maine avec une tes­si­ture qui rap­pelle la re­gret­tée Amy Wi­ne­house. En re­vanche, Lu­lu Gains­bourg, le der­nier­né de Serge, n’a pas en­core réus­si à se faire une place au so­leil dans le star-sys­tem…

Chez les Chédid, on par­tage de fa­çon plus éga­li­taire les joies de la no­to­rié­té.

Louis Chédid, le pa­triarche, à qui on doit entre autres le fa­meux Anne, ma soeur Anne, a su trans­mettre à ses bam­bins dès leur plus jeune âge son joyeux vi­rus, d’abord à Mat­thieu, dit M, dont on connaît le par­cours au­réo­lé de mul­tiples ré­com­penses, par­mi les­quelles un Cé­sar pour la bande ori­gi­nale de Ne le dis à per­sonne, mais aus­si à Jo­seph, dit Sé­lim, et à An­na, alias Nach, trois de ses quatre en­fants

avec qui Louis Chédid a réa­li­sé une tour­née en 2015. « Nous avons tou­jours eu nos car­rières res­pec­tives mais on a tou­jours tra­vaillé en­semble », a ex­pli­qué Louis Chédid sur les ondes d’Eu­rope 1 en dé­cembre 2014. Une dream- team dont l’ins­pi­ra­tion a lar­ge­ment été nour­rie éga­le­ment par

An­drée Che­did, mère de Louis et au­teure de gé­nie, que ses deux prix Gon­court, de la poé­sie et de la nou­velle, n’ont pas em­pê­chée d’écrire Je dis aime pour son pe­tit-fils M…

Quant à Tho­mas Du­tronc, il a beau dire de ses pa­rents « qu’ils ne lui font pas de ca­deaux », ils lui ont mal­gré tout lé­gué des gènes en or : Jacques Du­tronc, sa non­cha­lance et ses dons d’ins­tru­men­tiste, et Fran­çoise Har­dy,

le charme et la sen­si­bi­li­té. « Je suis fan aus­si bien de mon père que de ma mère et je pense avoir hé­ri­té des deux » a- t- il d’ailleurs confes­sé dans une in­ter­view don­née à La Croix en 2011. Même ata­visme mus­clé du cô­té des Sou­chon, où Pierre et Charles ( dit Ours), les deux fils d’Alain, ont re­pris le flam­beau. L’im­mense Jacques Hi­ge­lin, dé­cé­dé le 6 avril der­nier, avait dé­jà as­su­rer sa re­lève avec Ar­thur H, qui sé­vit de­vant un mi­cro de­puis trente ans, Kên, qui conçoit des spec­tacles et des clips, et sa ben­ja­mine, la ta­len­tueuse Izïa, que Jacques qua­li­fiait de « tendre mer­veille » dans la su­blime Bal­lade pour Izïa qu’il a com­po­sée en 1991 pour l’al­bum Illi­cite.

John­ny Hal­ly­day Syl­vie Var­tan et Da­vid Hal­ly­day

Serge Gains­bourg, Jane Bir­kin, Char­lotte Gains­bourg et Kate Bar­ry

Louis, An­na, Jo­seph et Mat­thieu Che­did

Char­lotte Gains­bourg, Jane Bir­kin et Lou Doillon

Jacques et Izïa Hi­ge­lin

Charles, Pierre et Alain Sou­chon

Tho­mas Du­tronc

Fran­çoise Har­dy et Jacques Du­tronc

Ar­thur Hi­ge­lin, dit Ar­thur H

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.