BEAU­TÉ

Su­bli­mez vos pau­pières

TÉLÉMAGAZINE - - SOMMAIRE - PAR BÉ­NÉ­DICTE FLYE SAINTE MA­RIE

En ma­tière de ma­quillage du re­gard, l’er­reur la plus com­mune consiste à vou­loir jouer le ton sur ton. Par exemple, les yeux bleus ne doivent sur­tout pas mi­ser sur la pa­lette des azurs, ciels et autres in­di­gos. Par ef­fet de contraste, ils se­ront bien da­van­tage mis en va­leur par les va­ria­tions d’orange et de do­ré. Vous pou­vez éga­le­ment vous orien­ter sans ris­quer le faux-pas sur tout ce qui est sombre, comme le gris, le noir, le prune et le brun, afin de don­ner à vos yeux da­van­tage de pro­fon­deur et d’éclat. Mais le fon­cé n’est pas ré­ser­vé aux bleu : il va à ra­vir aux yeux verts, ir­ré­sis­tibles avec du vio­let, du bor­deaux et de l’an­thra­cite. Les dé­cli­nai­sons de rose, comme les fuch­sias, et le pêche sont éga­le­ment les al­liées des pru­nelles éme­raude ou menthe à l’eau.

CRÉEZ L’ÉTIN­CELLE

Les yeux mar­rons peuvent dire ban­co à tout ce qui brille. À eux les mé­tal­li­sés pré­cieux et osés, à l’ins­tar de l’or, du bronze, du cui­vré, les mar­rons et les bleus francs, type pé­trole ou nuit, à condi­tion qu’ils soient tou­jours re­le­vés d’une pointe iri­sée. À adop­ter se­lon ses en­vies du jour puis­qu’on peut choi­sir de les ap­pli­quer en ha­lo au­tour de l’oeil ou sim­ple­ment à la fa­çon d’un trait d’eye- li­ner au ras des cils. Les co­lo­ris trop mats sont en re­vanche à évi­ter parce qu’ils peuvent les « éteindre ». En­fin, les yeux noirs trou­ve­ront leur bon­heur en por­tant en dé­gra­dé du chro­mé ou du ma­gen­ta. Ce qui est très clair, tels les pas­tels, se ré­vé­le­ra en re­vanche beau­coup trop fade sur leurs pu­pilles de braise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.