L’IN­TER­VIEW

TÉLÉMAGAZINE - - SOMMAIRE - PAR FRÉ­DÉ­RIC JARREAU

Pa­trick Sabatier

C’est le grand re­tour de l’ani­ma­teur en prime time, avec un di­ver­tis­se­ment, ins­pi­ré d’Avis de re­cherche, l’émis­sion culte qu’il a ima­gi­née sur TF1 en 1980. Cy­ril Ha­nou­na en est à la fois le pro­duc­teur et le pre­mier in­vi­té. Confes­sions d’un en­fant gâ­té de la té­lé. Cette émis­sion est-elle une nou­velle ver­sion d’Avis de re­cherche ?

Non, elle s’en ins­pire. Il y a une pho­to de classe comme point de dé­part, mais pas uni­que­ment. On peut y trou­ver un peu du Jeu de la vé­ri­té ou de Tous à la Une. La chaîne vou­lait un ren­dez­vous qui puisse s’ins­tal­ler, fé­dé­ra­teur et bienveillant.

Cy­ril Ha­nou­na n’a-t-il pas hé­si­té à en être le pre­mier in­vi­té ?

Non au contraire, il était de­man­deur. On va s’in­té­res­ser à son an­née de se­conde au Ly­cée Hé­lène Bou­cher à Pa­ris. On est là pour par­ta­ger de bons mo­ments avec lui et avec ceux qui l’ac­com­pa­gnaient à l’époque... qui sont au­tant à l’hon­neur que lui : c’est l’une des dif­fé­rences avec Avis de re­cherche.

A-t-il joué le jeu ?

Il était in­quiet, il po­sait beau­coup de ques­tions puis­qu’il ne de­vait être au cou­rant de rien. Mon but n’était pas de le pié­ger. Pour pré­pa­rer l’émis­sion, j’ai in­sis­té pour pas­ser trois heures avec lui pour dis­cu­ter, mieux le connaître et à par­tir de là pour ima­gi­ner l’émis­sion qui pour­rait lui res­sem­bler. Pa­trick Bruel et Laurent Ger­ra se­ront là. Je ne dé­passe ja­mais les li­mites qui me semblent rai­son­nables. Il faut pou­voir en­suite re­voir ses in­vi­tés en les re­gar­dant la tête haute.

Du temps de Porte bon­heur ou plus tard deTous à la Une, on a ju­gé

vos émis­sions ra­co­leuses. Avec le re­cul, l’étaient-elles ? J’ai tou­jours trai­té mes in­vi­tés avec res­pect. Je n’ai ja­mais fait de la té­lé­vi­sion sur le dos d’un in­vi­té. Ce que j’ai mon­tré à l’an­tenne a tou­jours été digne. Je crois aux rap­ports hu­mains et au res­pect des gens.

Dans quel état d’es­prit êtes-vous en in­car­nant ce nou­veau ren­dez­vous ?

Je me suis pro­mis avec Cy­ril de faire la meilleure émis­sion avec ce que j’ai. Je n’ai pas d’ob­jec­tif par­ti­cu­lier d’au­dience. J’es­père ap­por­ter un pu­blic com­plé­men­taire à ce­lui qu’a dé­jà C8. J’ai­me­rais faire deux, voire trois émis­sions avant juin. Je suis bien dans ma peau, je ne joue pas la co­mé­die : c’est un point com­mun que j’ai avec Cy­ril. Mais ne me de­man­dez pas d’avoir vingt ans, je ne les ai pas !

Mot de passe que vous ani­miez sur France 2 jus­qu’en 2016 s’est ar­rê­té à un mo­ment où Fran­ce­té­lé­vi­sions s’in­ter­ro­geait sur la pré­sence sur ses an­tennes d’ani­ma­teurs se­niors...

Comment peut-on mettre des gens dans des cases en fonc­tion de leur âge ? L’im­por­tant, c’est ce qu’ils ont à ra­con­ter et à trans­mettre. J’ai­me­rais que Mot de passe re­vienne sur C8, mais c’est une ques­tion de bud­get...

Pen­sez- vous aus­si sé­duire un pu­blic jeune avec cette émis­sion ?

Je pense être in­ter­gé­né­ra­tion­nel. Je suis dans la vie d’au­jourd’hui. J’ai une pe­tite fi lle, un pe­tit gar­çon bien­tôt... D’ailleurs Cy­ril le dit : Pa­trick n’est pas d’hier, ni d’au­jourd’hui, il est culte !

Pa­trick Sabatier

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.