MA­THIEU CHE­DID

Nous sommes à table avec le chan­teur M, plage du Carl­ton, il est 14h. Gros so­leil, grosse am­biance…

Technikart - SuperCannes - - News - Pho­to : Gilles Pe­ti­pas

D’où ar­ri­vez-vous ? Et quelle est la rai­son de votre pré­sence au 70e an­ni­ver­saire du Fes­ti­val ? J’ar­rive d’une longue route, un grand voyage mu­si­cal, plus de dix ans d’al­lers-re­tours au Ma­li et de ren­contres vi­bra­toires avec le désir de par­ta­ger ma mu­sique. Thier­ry Fré­meaux m’a té­lé­pho­né il y a un mois, pour me de­man­der de faire un grand concert gra­tuit sur la plage du Fes­ti­val. Il vou­lait faire quelque chose d’ac­ces­sible à tous pour le 70e an­ni­ver­saire. Et, pour la blague, j’ai com­men­cé le concert par une vieille chan­son « Le Fes­ti­val de conne » ! Ce fut un concert fu­sion­nel, ma­lien et fran­çais… Pour cé­lé­brer le Ma­li… Quel est votre meilleur sou­ve­nir de Cannes ? Sans doute cette an­née, c’est un très bon cru. J’ai mon­té les marches avec Agnès Var­da et JR pour le film Vi­sages, Vil­lages, dont j’ai réa­li­sé la mu­sique. Tel­le­ment d’émo­tions qu’on a tous fi­ni en larmes.. Quelle est votre ac­tua­li­té ? Ce pre­mier concert can­nois est quelque part le bap­tême de cet al­bum « La­mo­ma­li », avant de com­men­cer une énorme tour­née. Avez-vous une bonne adresse à par­ta­ger à Cannes ? Un lieux éphé­mère, l’A.M.E, rue d’An­tibes, un lieu vé­gé­ta­li­sé, qui sent le jas­min, calme, avec un grand ar­tiste peintre, Yas­sine, un lieux tout à fait im­pro­bable avec une âme grosse comme ça ! Si le pré­sident de la Ré­pu­blique vous ap­pelle et vous pro­pose un poste d’am­bas­sa­deur pour re­pré­sen­ter la France dans le monde, quel pays choi­sis­sez-vous ? Je suis très re­lié au Ma­li. J’ai l’âme ma­lienne, j’ai des pro­jets très concrets, comme de mon­ter des écoles là-bas. Mais pas la peine d’al­ler au bout du monde pour faire des choses. En France, au coin de la rue, il y a en­core beau­coup à faire. Je viens de dé­cou­vrir la terre des Cévennes. Su­perbe. De fait, ma ré­gion c’est la Corse, un lieu in­dé­pen­dant, pro­té­gé, in­car­né. Je suis un en­fant du Cap Corse, avec mon plus vieil ami Tho­mas Du­tronc, lui aus­si Corse d’adop­tion. L’es­prit fran­çais, pour vous, en quelques mots c’est ? Un jour j’ai fait un parallèle entre les États-Unis et la France

Les États-Unis ont l’ef­fi­ca­ci­té là où la France a la nuance. La nuance, c’est le doute et la confu­sion mais, au fi­nal, c’est ça le charme de la France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.