ULYSSE KLOTZ

Avant tout : que fait Ulysse Klotz à Cannes ? Ulysse Klotz est à Cannes pour la pro­jec­tion du film « Dia­man­ti­no» de Ga­briel Abrantes et Da­niel Sch­midt.

Technikart - SuperCannes - - La Première Note - Interview Mel­chior Vos trois chan­sons pour le Fes­ti­val de Cannes ? - This Mor­tal Coil - “Song To The Si­ren” - Tiel­sie - “Pa­lette” - aa­mou­ro­cean - “Va­nes­sa”

Pou­vez-vous nous par­ler de la place de la com­po­si­tion mu­si­cale dans le monde du ci­né­ma ? La mu­sique prend une place à part en­tière dans un film, elle est comme un per­son­nage dis­cret qui teinte le film. Le dan­ger est d’ailleurs qu’elle prenne trop de place ce qui rend sou­vent les réa­li­sa­teurs très ner­veux. D’après vous, quelle est la place de la mu­sique élec­tro­nique DANS LA COM­PO­SI­TION DE MU­SIQUE DE fiLM ? La mu­sique élec­tro­nique a ou­vert des voies in­soup­çon­nées pour le ci­né­ma, je pense à des com­po­si­teurs comme Car­pen­ter ou Wen­dy Car­los ; des pion­niers dans le genre. Le pro­grès fait dans la Mao est de plus en plus dingue, on peut faire de la mu­sique ul­tra puis­sante de­puis sa chambre au­jourd’hui. La syn­thèse per­met de créer des sons ja­mais en­ten­dus jus­qu’a pré­sent et re­nou­velle com­plè­te­ment l’am­biance pro­po­sée dans les films. Per­son­nel­le­ment, je me dis que c’est grâce à la mu­sique élec­tro­nique qu’on peut se pas­ser de thèmes dans les films. Le tra­vail sur les tex­tures di­gi­tales des sons prend au­tant d’im­por­tance que la mé­lo­die. Pré­fé­rez-vous tra­vailler à par­tir d’images ou de scé­na­rios ? J’aime bien avoir du temps pour faire une mu­sique, com­men­cer à ré­flé­chir sur la BO à par­tir du scé­na­rio est vrai­ment un luxe. La phase de re­cherche est très im­por­tante, pou­voir se trom­per, es­sayer des nou­velles choses est es­sen­tielle pour faire une bonne BO.

En même temps, le chal­lenge de re­ce­voir un film dé­jà mon­té avec des mu­siques de ré­fé­rence est, je trouve, très ex­ci­tant. La pres­sion du cô­té : “voi­là mon film, tu as trois se­maines pour faire la BO” me donne l’im­pres­sion d’être un spor­tif. Quelle est votre his­toire avec la com­po­si­tion DE MU­SIQUE DE fiLM ? Pe­tit j’étais du genre à re­gar­der les films sans le son et écou­ter des al­bums d’am­biante par des­sus, faire des tests d’in­te­rac­tions entre les images et des mu­siques qui ont rien à voir. Re­gar­der “Brave Heart” sur du Lui­gi No­no. J’ai eu la chance de gran­dir dans le mi­lieu du ci­né­ma et très vite mes pa­rents m’ont pro­po­sé de faire des mu­siques pour eux, j’ai pu dé­mar­rer sans avoir le stress de la “com­mande” ou ce­lui de la car­rière.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.