Fra­tel­li d’Ita­lia

Pour son deuxième film comme réa­li­sa­trice (après Miele, dé­jà pré­sen­té à Un Cer­tain Re­gard), l’Ita­lienne Va­le­ria Go­li­no com­pose Eu­fo­ria, un mé­lo pop, élé­gant et émou­vant, sur l’amour fra­ter­nel.

Technikart - SuperCannes - - Édito - MI­CHAËL PATIN

« Et si tu n’exis­tais pas/Dis-moi pour­quoi j’exis­te­rais ?/ Pour traî­ner dans un monde

sans toi/Sans es­poir et sans re­gret. » La chan­son de Jo Das­sin qui en­ve­loppe la scène d’ou­ver­ture d’Eu­fo­ria fait aus­si fi­gure de pro­gramme au se­cond film de Va­le­ria Go­li­no. Il se­ra ques­tion d’amour et de perte, de ce que l’on veut re­te­nir et ce qu’il faut lais­ser glis­ser, des men­songes qu’on pro­nonce pour ras­su­rer les autres et de ceux qu’on se fait parce qu’on les pré­fère à la vérité. Cet amour est ce­lui de fran­gins que tout semble op­po­ser : quand Mat­teo (Riccardo Scar­ma­cio), ho­mo flam­boyant, fait for­tune dans le bu­si­ness de l’art et mène une vie d’ex­cès, son aî­né Et­tore (Va­le­rio Mas­tan­drea), res­té pro­fes­seur, se dé­bat entre un ma­riage à l’ago­nie et ses obli­ga­tions de père. C’est lui qui va bien­tôt mou­rir d’un can­cer, mais c’est son pe­tit frère qui connaît le diag­nos­tic et dé­cide de le gar­der pour lui. Dès qu’Et­tore s’ins­talle dans l’ap­par­te­ment de Mat­teo, leurs modes de vie se mé­langent et le reste du monde s’écarte. Seule compte dé­sor­mais cette in­ti­mi­té dont ils re­trouvent le goût unique, faite d’af­fec­tions puis­santes et de do­mi­na­tions sub­tiles, et qui n’existe que dans la fra­ter­ni­té. Go­li­no tire le meilleur de ses ac­teurs et trouve un équi­libre sé­dui­sant entre li­si­bi­li­té et in­ven­ti­vi­té for­melle – l’ombre de Sor­ren­ti­no ne plane ja­mais trop loin. On rit (le sé­jour à Lourdes), on pleure (le vol fi­nal des étour­neaux), on s’en­ivre (l’agi­ta­tion toute ita­lienne des scènes col­lec­tives), mais tou­jours en-de­dans, pu­di­que­ment. Jus­qu’à l’ul­time em­bras­sade et le lan­ce­ment d’une autre mer­veilleuse pop song, si­gnée Tuxe­do­moon, qui prend acte du che­min par­cou­ru jus­qu’à l’ac­cep­ta­tion. « In a Man­ner of spea­king/I just want to say/That I could ne­ver for­get the way/You told me eve­ry­thing. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.