LES KASSOS PEUVENT-ILS FAIRE OU­BLIER LE CLUB DO­RO­THÉE ?

La sé­rie qui « biffle ton en­fance » est sui­vie par des mil­lions de fans sur You­Tube. Mais ses créa­teurs peuvent-ils vrai­ment im­po­ser l'ani­ma­tion pour adultes en France ?

Technikart - - OPENER -

Le pitch est lim­pide : choi­sir un per­son­nage de la pop culture, lui at­tri­buer un vice, et le faire pas­ser chez l'as­sis­tante so­ciale. Dans les Kassos, As­té­rix et Obé­lix sont deux al­coo­los, l'Ins­pec­teur Gad­get un flic ha­bi­tué des ba­vures et les Té­lé­tub­bies, des jun­kies de te­ck­ni­vals. Afin de clore en beau­té leur sai­son 3, ils ont pous­sé le vice jus­qu'à re­pro­duire la scène de l'ex­tinc­teur dans Ir­ré­ver­sible – avec Bip Bip et Vil Coyote…

Der­rière la chaîne You­Tube de la sé­rie et ses 1 200 000 mil­lions d'abon­nés, une boîte de pro­duc­tion : Bob­by Prod. Dans leurs stu­dios pa­ri­siens, une quin­zaine de pro­diges de l'ani­ma­tion, la plu­part an­ciens de l'École des Go­be­lins, s'af­fairent der­rière leurs macs à don­ner vie à des per­son­nages et des his­toires. L'équipe a été bi­be­ron­née aux jeux vi­déo, au Club Do­ro­thée, à l'ani­mé dans toutes ses formes. Mais le cré­neau de Bob­by Prod, c'est avant tout l'ani­ma­tion pour adulte, un genre qui peine à se faire une place dans le PAF. « Les pro­gram­ma­teurs d'émis­sions dans les chaînes TV tra­di­tion­nelles font par­ti des gé­né­ra­tions qui as­so­cient ani­ma­tion et en­fance, ils ne captent pas que les des­sins ani­més pour tren­te­naires, ça existe aus­si, re­grette Da­vid Al­ric, co-créa­teur de Bob­by Prod. C‘est jus­te­ment ce qui ex­plique le suc­cès des Kassos sur In­ter­net : ce genre de pro­gramme n'a ja­mais été fait à la té­lé fran­çaise au­pa­ra­vant. »

LA­PIN SADO-MASO

Les pro­duc­tions du stu­dio pour­raient étran­ge­ment rap­pe­ler la sa­ga Hap­py Tree Friends, sé­rie ani­mée amé­ri­caine trash des an­nées 2006 sur in­ter­net. Sur le mo­dèle de ces pro­duc­tions an­glo- saxonnes osées, no­tam­ment celles de la chaîne Car­toon Net­work, l'ani­ma­tion à la sauce Bob­by Prod jongle entre hu­mour noir, sexe, drogue et bas­ton sai­gn ante. « Il y a du se­cond de­gré, les su­jets abor­dés comme le cul ou la vio­lence car­tonnent, on a de bons re­tours dans les com­men­taires sur You­Tube, re­late Da­vid Al­ric. Les gosses de 10 piges viennent même nous voir dans les fes­ti­vals, on a un re­tour di­rect des fans. » Pro­duite par Ca­nal Plus, les Kassos ont ra­pi­de­ment ga­gné en no­to­rié­té. «En­fai­to­nest­de­ve­nu you­tu­beurs sans faire ex­près » , ajoute Alexis Beau­mont, l'autre co-créa­teur de la sé­rie. De nom­breux noms de You­Tube ont d'ailleurs été in­vi­tés à dou­bler les per­son­nages des Kassos. Par­mi eux, Mat­thieu Lon­gatte aka Bon­jour Tris­tesse, l'hy­per­ac­tif du jeux-vi­déo, Squee­zie, ou en­core Mr Poulpe. Sur le Web, les pro­duc­tions Bob­by s'af­fran­chissent de toutes li­mites. « On peut faire ce qu'on veut aux per­son­nages, comme trans­for­mer le la­pin de la RATP en sado-maso bien trash par exemple, les gens adorent ! »

À la ren­trée, de nou­velles sé­ries, avec des épi­sodes plus longs que les pastilles, telles que les Kassos ou le der­nier-né du stu­dio, Star­tup He­roes (pa­ro­dies des vi­déos d'en­tre­prises cheaps) sont en pré­pa­ra­tion. Par­mi les pro­jets en chan­tier : Q, « une sé­rie qui parle de cul, avec un re­gard fé­mi­nin », ra­conte Xa­vier Ra­mo­nède, réa­li­sa­teur mai­son. Et une sé­rie, en­core en dis­cus­sion, qui risque de faire ja­ser : un « road-trip chez Daech » met­tant en scène une his­toire d'amour ho­mo au sein de l'État is­la­mique. Et c'est ain­si que les Kassos sont grands... ALEXIS PAUMARD

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.