L’ÂGE DE L’IN­FO BIO ?

MARRE DES ARTICULETS AUX HOR­MONES ? PAS­SEZ AU BIO...

Technikart - - DÉCRYPTAGE -

Be­noît Ra­phaël : « L’in­for­ma­tion, c’est comme la nour­ri­ture – c’est ce qui nour­rit notre es­prit. Quand on ne fait pas at­ten­tion à ce qu’on bouffe, on mange des trucs pleins d’ad­di­tifs, des co­lo­rants, du sucre… Toutes sortes de ra­jouts pour que ça se vende. Pour le jour­na­lisme, ça s’ap­pelle le sen­sa­tion­na­lisme. On a connu l’in­dus­tria­li­sa­tion de la pro­duc­tion ali­men­taire : on nous pro­pose 100 pa­quets de cé­réales avec des éti­quettes dif­fé­rentes… et les mêmes cé­réales de­dans. Dans le jour­na­lisme, ce sont les mil­liers de sites web qui pro­posent à 70% du conte­nu co­pié-col­lé sur l’AFP ou re­wri­té d’autres sites.

Et puis sou­dain, on a eu la crise de la vache folle. On a pris conscience qu’on dé­con­nait, qu’on fai­sait man­ger de la viande aux vaches, qu’il n’y avait plus de trans­pa­rence ni de tra­ça­bi­li­té. Ça, ce sont les fake-news.

Vingt ans après, on com­mence, à peine, à man­ger bio, moins de viande et pri­vi­lé­gier la per­ma­cul­ture et les cir­cuits courts. Pen­dant ce temps, la mo­no-in­fo a as­sé­ché notre cu­rio­si­té comme la mo­no­cul­ture as­sèche les sols. La so­lu­tion ? Vive l’in­fo bio ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.