L'IA AU SE­COURS DE LA PRESSE

Technikart - - SOMMAIRE -

Et si les vins de Bor­deaux étaient le nou­veau « club­bing de table » ? Un ca­ba­ret gour­mand où Mer­lot et Sau­vi­gnon trans­for­maient les dîners en dan­ce­floors mon­dains. Une « Graves Par­ty » où grands crus et vins de co­pains se si­ro­taient à tue-tête dans un ré­ci­tal à quatre as­siettes. Un stand-up en bar­riques où, de Pauillac à Saint-Ma­caire, les Blon­din de la vigne te­naient en ha­leine un par­terre de V.I.P. hi­lares et chauds sur le rai­sin... C’est le pa­ri in­sen­sé (mais ar­ro­sé avec mo­dé­ra­tion) que semble vou­loir réus­sir ces der­niers jours une poi­gnée d’ar­tistes Pa­ri­siens avec le Dî­ner des a tta­blés. Et au­quel Tech­ni­kart (comme nos confrères du ma­ga­zine Grand Se igneur* ) a pu as­sis­ter en ex­clu­si­vi­té à la Mai­son-Bré­guet (Pa­ris 11ème) entre un T-Bone aux prunes et une Tome de Chèvre aux noix...

SU­ZANNE VE­GA DES CO­TEAUX

En cou­lisses ? Le co­mé­dien Yan­nig Sam­mot (le flic Ber­trand dans la sé­rie La Mante avec Ca­role Bou­quet), an­cien tau­lier du tout Mont­martre (les res­tos Ché­ri Bi­bi, La Fa­mille, etc) et poète ins­pi­ré des meilleures cu­vées d’Aqui­taine en bio­dy­na­mie (lire en­ca­dré ci-contre). En cui­sine ? Le chef Ta­mir Nah­mias (lire Tech­ni­kart N° 226), l’étoile mon­tante de la cui­sine du Le­vant (Sy­rie, Tur­quie, Li­ban, Is­raël), ses « flat­bread au broc­ciu », Gré­go­ry Mar­chand et toute l’équipe du Fren­chie (5 rue du Nil, Pa­ris 2ème). À table ? Les co­mé­diens Ma­nu Payet (les 23 et 24 No­vembre au Ca­si­no de Pa­ris), Reem Khe­ri­ci (à l’af­fiche de Ni­cky Lar­son, le 6 Fé­vrier 2019 en salles) et Aure At­ti­ka (le 23 No­vembre pro­chain sur Arte dans Jo­nas de Ch­ris­tophe Char­rier). Au pia­no ? Ke­ren Ann,

l’in­con­tour­nable Su­zanne Ve­ga ri­go­lote des co­teaux, et l’ex-jeune pousse du mar­ke­ting de Tech­ni­kart (vé­ri­dique) re­con­ver­ti en Bill Evans des tubes pop, le gé­nial Ma­tias Mi­moun. Sur scène (et en salles) ? Les stars du Bor­de­lais bio : les vi­gne­rons Lu­do­vic Barthe (Châ­teau Grand Bi­reau), Cé­cile Ver­dier (Châ­teau Bre­thous), Hugues La­borde (Châ­teau Au­rore), Ra­chel Hu­bert (Châ­teau Pey­bon­homme-les-Tours), Pa­trick Ere­sue (Châ­teau de Chain­chon), Vir­gi­nie Au­brion (Châ­teau de Piote) et bien d’autres. Tous raides dingues de leurs vignes et de leurs terres. Avec cette pe­tite foudre dans les yeux qui a l’air de dire qu’ils ont mis toute leur vie (et bien plus) dans un fla­con...

OPÉ­RA VI­TI­COLE

« Je fais fer­men­ter mon vin dans des jarres en terre cuite fa­bri­quées à Flo­rence », avoue Vir­gi­nie Au­brion en ser­vant sa cu­vée Tra­di­tion en Blanc sec (70% Sé­millon, 30% Co­lom­bard). « J’ai choi­si le ter­roir Bor­de­lais parce qu’on peut y faire des vins d’au­teurs comme des toiles de maître », ajoute Hugues La­borde à pro­pos de son Châ­teau Au­rore (Un sup­plé­ment d’âme, 100% Mer­lot) ven­dan­gé à Mou­lon jus­qu’aux « ul­times li­mites de la pour­ri­ture ». « C’est un vin un peu gras » sou­rit, l’oeil far­ceur, l’éton­nante Ra­chel Hu­bert, su­perbe Ju­lianne Moore de Blaye, en dé­bou­chant son Blanc Bon­homme (50% Sau­vi­gnon, 50% Sé­millon) : une ca­resse de blanc sec et frui­té « comme un bai­ser vo­lé sur du pain beur­ré »... Ce­la pour­rait sur­tout être saou­lant comme une Foire aux vins chez feu Fé­lix Po­tin. Et pour­tant c’est pas­sion­nant, gri­sant, tor­dant, sen­suel. Presque élec­trique ! « Ces vins me rap­pellent mon grand-père. Un homme qui pou­vait pas­ser d’une fe­nêtre à u ne autre, juste pour ta­qui­ner les Bor­deaux des voi­sins », as­sume l’ar­tiste et per­for­mer Ni­co­las Ull­mann (La Po­pote des potes, tous les 3ème Mer­cre­di du mois au Bus Pal­la­dium), de­vant son Par­fait au Hal­va (crème de sé­same). « All the beau­ti­ful girls / They wan­na stay late / And fi­nish the wine », chan­tonne Ke­ren Ann, un verre d’Ar­pège (Châ­teau Bre­thous) au coin des lèvres. Mon­té sur des caisses de Mé­doc, un groupe de sup­por­ters d’apé­ro re­prend ses pa­roles a ca­pel­la comme dans un opé­ra vi­ti­cole. « C’est autre chose que les Bor­deaux à la Pa­pa », s’amuse le bou­cher des peoples Yves-Ma­rie Le Bour­don­nec (43 rue du Cherche-Mi­di, Pa­ris 6ème). « L’Ex­pres­sion du Pe­tit Ver­dot (60% Pe­tit Ver­dot, 40% Mer­lot et Ca­ber­net Sau­vi­gnon) du Châ­teau Tour de Gi­let, c’est vrai­ment fan­tas­tique sur une viande ma­tu­rée ! Je m’at­ten­dais à des vins char­pen­tés et car­rés, j’ai dé­cou­vert des quilles so­lides et fleu­ries... » Et après ?

THE SMITHS

Pro­chain épi­sode des Dîners des at­ta­blés : très bien­tôt avec Fred Tes­tot et sa bande. Quelque part à Pa­ris. « On es­saie de faire du sur­me­sure », confesse Yan­nig Sam­mot, une chaus­sure en moins. Jus­qu’à la clan­des­ti­ni­té bran­chée ? Pas sûr ! Après des an­nées de « Bor­deaux ba­shing », on voit bien qu’ici et là, les choses sont - peut-être - en train de chan­ger ...« Dans les ter­roirs du Mé­doc, beau­coup de pe­tits vi­gne­rons sont de grands ar­tistes », confirme l’oe­no­logue Jean-Luc Schil­ling ( Eloge im­mo­dé­rée du vin de Bor­deaux, éd. Phi­lippe Rey). Un signe, par­mi d’autres. Dans l’ex­cellent De la vigne aux pla­tines : His­toires d’ac­cords rock et vins de Fa­bien Kor­den­bau et Ch­ris­tophe Ma­riat (éd. Epure), un seul vin est as­so­cié aux Smiths : le Blaye- Côtes de Bor­deaux en Blanc (100% Sau­vi­gnon) du Châ­teau Haut Ber­ti­ne­rie. Comme chante Mor­ris­sey : « Bought on sto­len wine / A no d was the first step / You knew ve­ry well / What was co­ming next… »

*du nom du ro­man­cier An­toine Blond in( Un singe en hi­ver) ** Grand Sei­gneur, le ma­ga­zine du plai­sir à table. Sor­tie en kiosques le 10 Dé­cembre pro­chain.

«DANS LES TER­ROIRS DU MÉ­DOC, BEAU­COUP DE PE­TITS VI­GNE­RONS SONT DE GRANDS AR­TISTES.»

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.