Quand faut-il pré­ci­sé­ment les ou­vrir ?

Tendance Ouest Caen - - NOËL -

Parce que c’est le di­lemme de Noël : faut-il ou­vrir les ca­deaux le 24 dé­cembre au soir ou le 25 dé­cembre au ma­tin ? Si, tra­di­tion­nel­le­ment, le Père Noël passe dans la nuit du 24 pour dé­po­ser les pré­sents au pied du sa­pin, les plus im­pa­tients n’at­tendent pas sa ve­nue pour dé­bal­ler leurs pa­quets.

Faire plai­sir aux en­fants

C’est à la moi­tié du XIXe siècle que le ca­deau de Noël re­vêt la forme qu’on lui connaît au­jourd’hui. Noël de­vient une fête fa­mi­liale où l’on sou­haite faire plai­sir aux en­fants. On com­mence alors à of­frir les pré­sents le 25 dé­cembre au ma­tin. Mais dans les fa­milles très chré­tiennes, les ca­deaux sont plu­tôt dé­bal­lés le 24, après le re­pas et la messe de Noël. Alors, faut-il ou­vrir les ca­deaux le 24 ou le 25 dé­cembre ? Lors­qu’il y a de jeunes en­fants dans la fa­mille, on dé­pose les pré­sents au pied du sa­pin la nuit pour voir, le 25 au ma­tin, les mines ré­jouies des bam­bins qui se pré­ci­pitent pour ou­vrir leurs ca­deaux. Cette op­tion a aus­si l’avan­tage de ne pas bri­ser la joie des plus jeunes, qui pour­raient vite se sen­tir bla­sés de de­voir al­ler se cou­cher après avoir ou­vert leurs pa­quets… Pour les plus grands, on pri­vi­lé­gie le soir du ré­veillon. Cô­té or­ga­ni­sa­tion, c’est tout de même plus pra­tique, et ce­la per­met de faire une pause entre le fro­mage et la bûche.

Entre le 24 au soir et le 25 au ma­tin, cha­cun se fe­ra son avis sur le mo­ment pro­pice pour ou­vrir ses ca­deaux de Noël.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.