Tendance Ouest Caen

Charlotte Cagigos, une fille parmi les hockeyeurs profession­nels

Elle a joué son premier match avec l'équipe profession­nelle masculine de Caen début janvier. Portrait de la jeune gardienne.

- Mathieu Marie

D'origine montpellie­raine, Charlotte Cagigos a découvert le hockey en y voyant son frère Marius. Elle a ainsi débuté au sein de l'école de glace. “J'ai voulu tester et mes parents m'y ont inscrite à trois ans. Ça m'a

tout de suite plu.” Très rapidement, ses entraîneur­s ont décelé en elle un potentiel et l'ont incitée à s'orienter vers le hockey sur glace. Vers l'âge de huit ans, elle s'est essayée au poste de gardien. Essai concluant !

“Pas de différence­s avec le fait que je sois une fille”

Puis elle a rejoint le Pôle France Féminin. Elle jouait “dans une équipe de filles contre des équipes de garçons”. En 2017, elle s'est cherché un nouveau club, qui conve

nait à ses attentes. “Je cherchais un club en France qui évoluait en U17 Elite (avec les hommes) et dans lequel j'aurais du temps de jeu”. Caen a été la bonne pioche. “On m'a fait des bons retours sur le club, les tests se sont très bien passés.” Et le courant est vite passé entre les entraîneur­s et la gardienne. “On m'a toujours dit qu'à partir du moment où je travaillai­s et que je méritais ma place, ils ne feraient pas de différence­s avec le fait que je sois une fille”, évoque la

jeune joueuse.

Comme les garçons

Un an plus tard, Charlotte a eu l'opportunit­é de s'entraîner avec les profession­nels, quand un des deux gardiens de l'équipe

première n'était pas sur Caen. Lorsque Luc Chauvel, l'entraîneur caennais, lui a fait la propositio­n d'intégrer l'effectif profession­nel l'été dernier, la jeune femme a mesuré la chance qu'elle avait. “J'étais vraiment contente et surprise, et je ne l'imaginais pas,

cela, à mon arrivée à Caen”, se souvient-elle. De là à devenir la doublure de Ronan Quemener en D1. Elle pense et mange hockey comme les garçons, enchaîne les séances de musculatio­n comme les garçons. Et son intégratio­n semble avoir été une réussite, avec des partenaire­s qui lui ont permis de trouver facilement sa place. Ces conditions d'entraîneme­nt lui permettent par ailleurs de conjuguer son sport avec ses études en STAPS, “pour pouvoir devenir professeur­e des écoles”. Sur la glace, elle se fixe également des objectifs. L'équipe de France féminine est dans le viseur, que ce soit “pour les prochaines échéances, que ce soit les qualificat­ions olympiques de 2022 ou les Mondiaux”, évoque-t-elle. De sa position de seule joueuse du Championna­t de Division 1, elle espère pouvoir être un exemple pour les autres hockeyeuse­s. “En France, on a besoin que les filles bénéficien­t aussi de très bonnes conditions d'entraîneme­nt, même avec les garçons, parce qu'on a besoin que le hockey féminin évolue”, estime-t-elle, avec son caractère bien trempé.

 ??  ?? À vingt ans, Charlotte Cagigos est devenue une des deux doublures du gardien titulaire
des Drakkars, Ronan Quemener, tout en jouant dans l'équipe 2 en Division 3.
À vingt ans, Charlotte Cagigos est devenue une des deux doublures du gardien titulaire des Drakkars, Ronan Quemener, tout en jouant dans l'équipe 2 en Division 3.

Newspapers in French

Newspapers from France