Les va­cances des ani­maux

Va­cances Et vos ani­maux ?

Tendance Ouest Rouen - - LA UNE - Noé­mie Lair

Les pre­miers dé­parts en va­cances ont lieu en ce mo­ment et chaque an­née, les maîtres et maî­tresses d’ani­maux se posent la même ques­tion : que faire de son ani­mal ? Plu­sieurs so­lu­tions existent pour par­tir en toute confiance.

Poi­lus ou plu­més, pe­tits ou grands… toutes sortes d’ani­maux ont de­puis long­temps in­ves­ti les mai­sons. Pour cer­tains, ils font par­tie de la fa­mille. Oui mais voi­là, au mo­ment du dé­part en va­cances, pas tou­jours fa­cile de mettre son tou­tou dans le coffre, et c’est en­core pire pour le pois­son rouge. Cer­tains dé­cident alors de s’en sé­pa­rer quelques jours et si pa­pi, ma­mie et les voi­sins ne sont pas dis­po­nibles, il existe plu­sieurs so­lu­tions pour s’oc­cu­per de son ani­mal.

Pour plus de confort ou évi­ter d’en­com­brer la SPA ou les che­nils, l’un des choix les plus connus qui s’offrent aux pro­prié­taires est de pla­cer son ani­mal en pen­sion quelque temps. Au Cat­tage, à Saint-Pierre-lèsEl­beuf, tout est fait pour “les

mi­nets”, comme les ap­pelle la maî­tresse des lieux Ch­ris­ti­na Ga­briel­li-Da­vion. Les chats ont le choix entre une place au “cam­ping”, dans le

“cot­tage” ou dans une stu­dette pri­va­tive dans la mai­son. Elle ac­cueille chaque an­née 700 chats et “cer­taines per­sonnes ont ré­ser­vé tous les étés jus­qu’au dé­cès de leur mi­net”, ra­conte-t-elle. La for­mule fonc­tionne tel­le­ment bien que sa fille, Es­ther Ro­zier, s’est lan­cée dans l’aven­ture en sep­tembre der­nier en ou­vrant La Cha­lo­nie, “une co­lo­nie pour chats !” Elle a ac­tuel­le­ment 14 stu­dios et compte s’agran­dir, car pour l’ins­tant, il lui reste quelques places l’été mais son éta­blis­se­ment se rem­plit très vite.

Ba­by-sit­ter

Tout est fait pour que les ani­maux se sentent au mieux, si bien que les va­cances des pro­prié­taires de­viennent par­fois aus­si des va­cances pour les ani­maux. C’est d’ailleurs ce qui est ar­ri­vé au pe­tit chien Lou­cky, pro­me­né quo­ti­dien­ne­ment par une pet- sit­ter, Ca­rine Mon­té­gu, trou­vée sur le site Ani­maute. Ce sont comme des ba­by- sit­ters pour les ani­maux, qui peuvent pas­ser au do­mi­cile ou prendre l’ani­mal chez eux quelques temps. Mais à l’ar­ri­vée des va­cances, un pro­blème s’est po­sé pour Lou­cky : “Je pars

en va­cances quelques jours

dans la Manche”, ex­plique Ca­rine Mon­té­gu. Qui va donc pou­voir le pro­me­ner ? La maî­tresse du chien et la pet-sit­ter se mettent d’ac­cord et fi­na­le­ment, voi­là Lou­cky par­ti pour dé­cou­vrir les plages man­choises.

Des so­lu­tions tout confort mais qui ont par consé­quent un coût as­sez éle­vé puis­qu’il faut comp­ter une di­zaine d’eu­ros par jour pour la vi­site d’un pet-sit­ter à son do­mi­cile ou pour la pen­sion.

Échange d’ani­maux

Il existe une so­lu­tion moins coû­teuse : l’échange d’ani­maux, une for­mule créée par le site Ani­mal Fu­té. Une op­tion qui était la bien­ve­nue pour Claire et Pierre-Yves Doegle. Avec ce sys­tème, la fa­mille donne Menthe à un autre foyer pen­dant deux se­maines et vice ver­sa, les se­maines sui­vantes, ils ac­cueillent un pe­tit ani­mal chez eux. Pour en­trer dans la boucle, il suf­fit d’adhé­rer sur le site pour 10 eu­ros. Toutes ces so­lu­tions sont fi­na­le­ment ba­sées sur la confiance alors les pro­fes­sion­nels conseillent de vi­si­ter et faire connais­sance pour évi­ter toute mau­vaise sur­prise pour son pe­tit ani­mal.

Pour Es­ther Ro­zier, les chats qu’elle ac­cueille dans son cha­let sont ses “va­can­ciers” : “Ils se font des co­pains et sou­vent, font la tête au mo­ment de par­tir.”

De­puis l’ou­ver­ture de sa pen­sion Le Cat­tage en 2014, Ch­ris­ti­na Ga­briel­li-Da­vion a dé­jà ac­cueilli 1 700 chats, es­sen­tiel­le­ment l’été.

Le la­pin Menthe est dé­jà al­lé 5 ou 6 fois dans d’autres mai­sons pour les va­cances.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.