Un ac­cou­che­ment, c’est si com­pli­qué?

Tendance Ouest Rouen - - NEWS -

Au fil des an­nées, l’ac­cou­che­ment est de moins en moins mé­di­ca­li­sé au pro­fit du bien-être de la ma­man et du bé­bé.

Plus d’as­pi­ra­tion sys­té­ma­tique, pas de gouttes dans les yeux pour le nou­veau- né. La prio­ri­té est dé­sor­mais le peau à peau. “Les gestes ont vrai­ment évo­lué ces dix der­nières an­nées. Il y a main­te­nant peu de gestes im­po­sés. Si le bé­bé va bien, on le pose sur le ventre de sa ma­man, rien de plus” ex­plique Ka­rin Le Mi­gnot, sage femme à la ma­ter­ni­té Charles-Ni­colle du CHU de Rouen de­puis une ving­taine d’an­nées. La ma­man res­te­ra en­vi­ron deux heures en salle d’ac­cou­che­ment, pour s’as­su­rer que tout va bien. Un exa­men cli­nique simple est réa­li­sé : “on vé­ri­fie la co­lo­ra­tion du bé­bé, les bat­te­ments de son coeur, le mou­ve­ment de ses hanches et sa bonne adap­ta­tion à la vie”. Un exa­men pé­dia­trique se­ra fait plus tard en suites de couche.

C’est aus­si le temps de la pre­mière té­tée. Mais là en­core, pas d’obli­ga­tions: “dès que le bé­bé est prêt…. et bien sou­vent, il tète le sein dès la pre­mière heure même s’il n’a pas faim.”

Et pour l’ave­nir : “on fait en sorte que tout se passe le plus na­tu­rel­le­ment pos­sible pour nos couples ” conclut Ka­rin Le Mi­gnot.

Dif­fé­rentes pos­tures peuvent être pro­po­sées pour un meilleur vé­cu du tra­vail et de l’ac­cou­che­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.