Mo­bi­li­té

Rou­ler vert à Rouen

Tendance Ouest Rouen - - LA UNE - Pierre Du­rand-Gra­tian

L’ac­cord de Rouen pour le cli­mat a été of­fi­cia­li­sé, jeu­di 29 no­vembre. Plus de 10 000 en­ga­ge­ments ont été pris par les col­lec­ti­vi­tés, les en­tre­prises et les par­ti­cu­liers, no­tam­ment en termes de mo­bi­li­té.

Lui ne re­vien­drait pour rien au monde au vé­hi­cule ther­mique. Guillaume Le­febvre, fac­teur pour Préaux et la Vieux-Rue, conduit de­puis un an un vé­hi­cule mi- hy­dro­gène, mi- élec­trique. “C’est très souple et puis on évite les ten­di­nites puis­qu’on n’a pas be­soin de chan­ger les

vi­tesses ou d’em­brayer.” La Poste, c’est l’en­tre­prise qui a la plus im­por­tante flotte de vé­hi­cules élec­triques en France avec dé­jà les deuxièmes gé­né­ra­tions de ces voi­tures qui ar­rivent dans les centres de tri. C’est pour ces ré­flexions sur la mo­bi­li­té propre que l’en­tre­prise était in­vi­tée à té­moi­gner lors de la si­gna­ture de l’ac­cord de Rouen sur le cli­mat, jeu­di 29 no­vembre. “Sur la Mé­tro­pole, nous avons une qua­ran­taine de vé­hi­cules élec­triques, plus les vé­los élec­triques et les sta­bis (sorte de scoo­ter élec­trique à trois roues, ndlr)”, ex­plique Flo­rence Pa­va­geau, dé­lé­guée ré­gio­nale du groupe pour la Nor­man­die. “Gé­rer un tel parc de vé­hi­cules nous donne une cer­taine ex­pé­rience que nous pou­vons par­ta­ger avec les en­tre­prises qui vou­draient faire de même”, ajoute-t-elle. Quant aux ré­flexions d’ave­nir du groupe, elles sont cen­trées sur la mo­bi­li­té du der­nier ki­lo­mètre en ville. “Il y a beau­coup de li­vrai-

sons en centre- ville et ce­la en­traîne une forte cir­cu­la­tion de ca­mions et donc de la conges­tion et de la pol­lu

tion”, constate la dé­lé­guée. À Rouen, La Poste tra­vaille donc pour 2019 à la créa­tion d’es­paces de mu­tua­li­sa­tion en en­trée de ville et dans le centre pour re­ce­voir les co­lis et les li­vrai­sons de mar­chan­dises avant de les re­dis­tri­buer en tran­sport doux dans la ville. “C’est une éco­no­mie de moyen car le der­nier ki­lo­mètre est très cher et c’est un gain im­por­tant au ni­veau en­vi­ron­ne­men­tal.”

Une ac­tion col­lec­tive

D’autres se sont en­ga­gées pour fi­nan­cer l’in­dem­ni­té ki­lo­mé­trique vé­lo pour les em­ployés, fa­vo­ri­ser le co­voi­tu­rage ou pour ache­ter des vé­hi­cules propres. La Mé­tro­pole Rouen Nor­man­die a aus­si un rôle cru­cial à jouer sur la mo­bi­li­té avec l’or­ga­ni­sa­tion des trans­ports en com­mun. C’est tout l’ob­jet de la ligne T4 qui re­lie­ra le Zé­nith au Bou­lin­grin dès le mois de mai 2019. “La mo­bi­li­té, c’est aus­si fa­ci­li­ter les dé­pla­ce­ments à vé­lo”, ajoute Cy­rille Mo­reau, vice- pré­sident de la Mé­tro­pole en charge de l’en­vi­ron­ne­ment. Au mois de mai, la Mé­tro­pole comp­tait 416 km de voies em­prun­tables à vé­lo. Reste au ci­toyen à jouer le jeu. Se­lon une ré­cente étude de la MRN, plus de la moi­tié des tra­jets quo­ti­diens en voi­ture font moins de 5 km. Une dis­tance fa­cile à par­cou­rir à vé­lo élec­trique, d’au­tant plus qu’une aide de la MRN est en place pour leur achat. Hé­lène De­vaux, au­to- en­tre­pre­neuse qui ré­side à Bon­se­cours, avait sau­té le pas avant ce­la. “J’ai dé­jà fait 1 000 km en 6 mois,

ex­plique-t-elle. Je n’ai plus de pro­blèmes de par­king, de ti­ming ou de bou­chon.”

Et le pe­tit mo­teur s’avère bien utile pour re­mon­ter de Rouen. En­core faut- il pou­voir in­ves­tir, même avec les aides. 2 700 eu­ros pour son mo­dèle. Elle, ne re­grette pas, même si elle concède qu’il “reste des choses à faire pour se sen­tir com­plè­te­ment en sé­cu­ri­té.”

Hé­lène De­vaux, au­to-en­tre­pre­neuse à Bon­se­cours, a dé­jà par­cou­ru plus de 1 000 km en six mois avec son vé­lo élec­trique.

L’ac­cord de Rouen pour le cli­mat a été si­gné, jeu­di 29 no­vembre.

Flo­rence Pa­va­geau, dé­lé­guée ré­gio­nale de La Poste pour la Nor­man­die.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.