“Ce que je dis sur les pla­teaux, c’est ce que nous avons va­li­dé”

In­vi­té dans les mé­dias, Fran­çois Bou­lo s’est mué en mes­sa­ger Il est le gi­let jaune qui monte. En quelques se­maines, Fran­çois Bou­lo est pas­sé de son ca­bi­net d’avo­cat à la rue et aux pla­teaux té­lé.

Tendance Ouest Rouen - - LA UNE -

Porte-pa­role, Fran­çois Bou­lo est sous le feu des pro­jec­teurs.

De l’ano­ny­mat le plus to­tal à la lu­mière des pla­teaux té­lé, en l’es­pace de quelques se­maines. De­puis le dé­but du mou­ve­ment des gi­lets jaunes, Fran­çois Bou­lo est de­ve­nu l’un des chou­chous des mé­dias, in­vi­té ré­gu­liè­re­ment par la presse lo­cale comme par les plus grands titres, chaînes et ra­dios du pays.

Gi­let jaune de la pre­mière heure

Pour­tant, lors­qu’il s’est pré­sen­té sur le rond-point de la Motte le sa­me­di 17 no­vembre, cet avo­cat de 32 ans était un gi­let jaune comme un autre : “En ac­cord avec la contes­ta­tion”, mais dé­jà convain­cu “que le 17 no­vembre se­rait un acte fon­da­teur”. Dans le flou des dé­buts, cer­tains ont ten­té de s’au­to­pro­cla­mer voix du mou­ve­ment. Fran­çois Bou­lo a, lui, pris la pa­role une fois qu’on l’a au­to­ri­sé à le faire. Au nom des ma­ni­fes­tants de la Motte, “puis de ceux du rond- point des Vaches” et en­fin pour ceux du rond­point du Zé­nith. Pas­sion­né de po­li­tique, Fran­çois Bou­lo s’est do­cu­men­té au cours des der­nières an­nées, de confé­rences en études sur le bud­get de l’État. Des connais­sances qui, al­liés à ses qua­li­tés d’ora­teur, lui per­mettent de ras­sem­bler presque 12 000 sui­veurs sur Fa­ce­book. “Ce que je dis sur les pla­teaux, c’est ce que nous avons va­li­dé lors des réunions. Il n’y a pas de sur- prise dans ce que je ra­conte”, ex­plique l’avo­cat.

À ce stade de la mo­bi­li­sa­tion, Fran­çois Bou­lo est convain­cu que “la si­tua­tion ne re­vien­dra pas à l’état an­té­rieur au 17 no­vembre”. En cas de bou­le­ver­se­ment du pay­sage ac­tuel, se ver­rait-il en­trer dans la vie po­li­tique ? “La ques­tion est pré­ma­tu- rée. Pour le mo­ment on me de­mande juste de por­ter la pa­role des gens.” À l’aise dans son rôle de mes­sa­ger, Fran­çois Bou­lo s’en tient à sa mis­sion. “Il faut que cha­cun res­pecte le rôle qui lui a été confié”, conclut-il. Un cre­do qui sonne comme un conseil adres­sé aux po­li­tiques qu’il dé­crie.

■ Fran­çois Bou­lo, porte-pa­role des gi­lets jaunes à Rouen, est au­jourd’hui iden­ti­fié dans toute la France comme l’un des lea­ders du mou­ve­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.