La vic­toire qui tombe bien

Les ques­tions sont nom­breuses sur l’opé­ra­tion amé­ri­caine.

Tendance Ouest Rouen - - FRANCE MONDE -

Di­manche 27 oc­tobre, de­vant les mé­dias convo­qués à la Mai­son Blanche, le pré­sident des États-Unis a pro­cla­mé la mort de l’Ira­kien qui fon­da et di­ri­gea Daech. Se­lon le ré­cit de Trump, Abou Ba­kr al- Bagh­da­di ve­nait de se sui­ci­der en Sy­rie, le 26 oc­tobre, pen­dant l’as­saut de son re­fuge de Ba­ri­cha – au nord-ouest de la Sy­rie, près de la fron­tière turque – par un com­man­do amé­ri­cain hé­li­por­té.

En verve, Trump a don­né des dé­tails dignes d’un film d’ac­tion : frappes aé­riennes, ar­ri­vée du com­man­do, mi­traillages, fuite du chef ter­ro­riste dans un tun­nel sans is­sue “avec ses femmes et trois en­fants, pour­sui­vi par un chien du com­man­do”, puis ex­plo­sion de sa veste pié­gée et ef­fon­dre­ment du tun­nel sur les six corps… “Al-Bagh­da­di est mort comme un lâche en pleur­ni­chant. Nous sommes res­tés dans cette ci­ta­delle du­rant deux heures et, après avoir ré­cu­pé­ré des do­cu­ments, nous sommes par­tis”, a dé­cla­ré Trump, di­sant avoir as­sis­té à tout grâce aux ca­mé­ras des forces spé­ciales.

Les hy­po­thèses

Les com­men­ta­teurs font le rap­pro­che­ment avec l’exé­cu­tion du Saoudien Ben La­den par un com­man­do des US Na­vy Seals, le 2 mai 2011 au Pa­kis­tan. Opé­ra­tion qui avait rap­por­té du pres­tige à Ba­rack Oba­ma, mais qui ne s’était peut-être pas dé­rou­lée exac­te­ment comme le pré­sident l’avait pré­sen­tée aux jour­na­listes…

Il y a en ef­fet un point com­mun : Ben La­den, li­vré aux Amé­ri­cains par on ne sait qui, était à cette date âgé et ma­lade. Il ne jouait plus de rôle ac­tif au sein du ter­ro­risme. Ce qui semble avoir été aus­si le cas d’al-Bagh­da­di : dia­bé­tique et mal re­mis d’une bles­sure, contraint à no­ma­di­ser de planque en planque dans le dé­sert de Sy­rie, il n’avait plus prise sur ce qui res­tait de son or­ga­ni­sa­tion. Et qui l’a don­né à la CIA ? Ses ex-ca­ma­rades, pour se dé­bar­ras­ser de lui ? Les Turcs, pour amé­lio­rer leurs re­la­tions avec les Oc­ci­den­taux ?

Les Russes, ren­sei­gnés par leur al­lié de Da­mas ? Le fait est que Trump dans sa confé­rence de presse a te­nu à re­mer­cier deux fois “la Russie qui hait Daech au­tant que nous”.

Une autre hy­po­thèse en­vi­sage que la CIA ait été ren­sei­gnée par le groupe ji­ha­diste Tah­rir al-Cham, is­su d’al- Qai­da donc ri­val de Daech. Ce groupe s’est d’ailleurs em­pres­sé d’oc­cu­per les lieux du com­bat à Ba­ri­cha dès di­manche ma­tin, pre­nant sans tran­si­tion le re­lais du com­man­do amé­ri­cain.

Le chef du groupe État is­la­mique, Abu Ba­kr al-Bagh­da­di, est mort le 26 oc­tobre lors de l’as­saut de son re­fuge de Ba­ri­cha, au nord-ouest de la Sy­rie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.