Em­ma­nuel Ma­cron en vi­site sur­prise

Tendance Ouest Rouen - - NEWS -

Ce n’est que quelques heures avant, mer­cre­di 30 oc­tobre, que l’in­for­ma­tion a été don­née par les ser­vices de l’Ély­sée : le chef de l’État, Em­ma­nuel Ma­cron, a dé­ci­dé de se rendre à Rouen, après l’in­cen­die de l’usine Lu­bri­zol. Un dé­pla­ce­ment qui n’était pas ins­crit à son agen­da, mais qui fait suite à une pro­messe lan­cée dé­but oc­tobre.

Pas de “dé­faillance”

Ce dé­pla­ce­ment “sur­prise” avait pour but de ren­con­trer le maire et de té­moi­gner “son sou­tien aux ha­bi­tants”, ex­pliquent les ser­vices de l’Ély­sée. Pour suivre Em­ma­nuel Ma­cron, seuls quelques jour­na­listes, es­sen­tiel­le­ment pa­ri­siens, ont été sé­lec­tion­nés pour l’approcher au plus près du­rant son en­tre­tien avec Yvon Ro­bert. À l’is­sue de ce ren­dez-vous, Em­ma­nuel Ma­cron a pris la pa­role pour af­fir­mer que “les ser­vices de l’État ont agi avec com­pé­tence, avec beau­coup de sang-froid, beau­coup de pro­fes­sion­na­lisme”, en niant toute “dé­faillance”.

Le pré­sident de la Ré­pu­blique est tout de même ve­nu avec une an­nonce. “Je sou­haite que nous puis­sions, col­lec­ti­ve­ment, re­bâ­tir l’at­trac­ti­vi­té et l’image de Rouen, qui a une grande his­toire, que l’on puisse faire va­loir cette image, ce bon vivre, à l’oc­ca­sion d’évé­ne­ments in­ter­na­tio­naux”. Une ren­contre entre le pré­sident de la Ré­pu­blique et un chef d’État étran­ger est ain­si à l’étude pour 2020 à Rouen. Une idée qu’avait émise Her­vé Mo­rin, le pré­sident de la ré­gion Nor­man­die, lors d’une en­tre­vue avec le Pre­mier mi­nistre, Édouard Phi­lippe.

Des ha­bi­tants in­quiets

Une fois sa prise de pa­role ter­mi­née, Em­ma­nuel Ma­cron s’est di­ri­gé vers la rue de l’Hô­pi­tal, à quelques mètres de l’Hô­tel de ville, pour échan­ger avec des ha­bi­tants, ins­tal­lés no­tam­ment en ter­rasse. Des sif­flets et des cris de “Ma­cron dé­mis­sion” se sont fait en­tendre. Une ma­ni­fes­ta­tion, pro­gram­mée à 18 h de­vant le pa­lais de jus­tice à l’ap­pel du col­lec­tif uni­taire, a réuni une cen­taine de per­sonnes. Si cer­tains ma­ni­fes­tants ont re­joint l’Hô­tel de ville, une tren­taine d’autres ont été blo­qués dans la rue du Gros-Hor­loge puis rue du Gé­né­ral-Le­clerc par un im­por­tant dis­po­si­tif de sé­cu­ri­té. “On doit être des voyous, on nous met un dis­po­si­tif de sé­cu­ri­té avec des bar­rières an­ti­émeutes”, dé­nonce Gé­rald Le Corre, de la CGT Seine-Ma­ri­time.

“Quand on vit ce qui a été vé­cu à Rouen, quand on res­pire des odeurs qui sont très graves, dont on ne connaît pas la dan­ge­ro­si­té (...), c’est très dé­sta­bi­li­sant et donc ça nour­rit for­cé­ment de l’in­quié­tude”, a re­con­nu le chef de l’État. “Il ne faut plus que ça ar­rive, n’im­porte où en France”, a cla­mé Lou, une ha­bi­tante de Pe­tit-Que­villy, qui a lon­gue­ment échan­gé avec le pré­sident de la Ré­pu­blique.

Em­ma­nuel Ma­cron a ren­con­tré des ha­bi­tants du­rant sa vi­site sur­prise à Rouen, mer­cre­di 30 oc­tobre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.