Une for­ma­tion dé­diée à l’étude de l’en­vi­ron­ne­ment à l’Uni­ver­si­té de Rouen

Plu­sieurs par­cours de for­ma­tion sont of­ferts par l’uni­ver­si­té de Rouen qui fait par­tie des pion­niers dans ce do­maine.

Tendance Ouest Rouen - - FORMATION -

Le dé­par­te­ment des sciences et tech­niques de l’uni­ver­si­té de Rouen forme des in­gé­nieurs ca­pables d’ana­ly­ser et de ré­pondre aux mo­di­fi­ca­tions de l’en­vi­ron­ne­ment. Cet en­sei­gne­ment connaît un “en­goue­ment de­puis quelques an­nées. On en parle de plus en plus, ce­la sus­cite de plus en plus de vo­ca­tions”, ob­serve Mat­thieu Four­nier, maître de confé­rences à l’uni­ver­si­té et di­rec­teur du dé­par­te­ment. À Rouen, il est pos­sible de se for­mer à cette dis­ci­pline dès la li­cence grâce à deux par­cours : Science de la terre et de l’en­vi­ron­ne­ment et Éco­lo­gie et bio­lo­gie des or­ga­nismes. Au coeur des en­jeux de so­cié­té “L’en­vi­ron­ne­ment est mul­tiple”,

ex­plique Mat­thieu Four­nier. Le mas­ter Ges­tion de l’en­vi­ron­ne­ment de l’uni­ver­si­té pro­pose trois par­cours dans les­quels on étu­die un champ spé­ci­fique. Le par­cours Ges­tion du­rable des hy­dro­géo­sys­tèmes s’at­tache à ob­ser­ver l’as­pect “phy­sique” de l’en­vi­ron­ne­ment telles que les fa­laises et les mar­nières. Le par­cours Ges­tion de la bio­di­ver­si­té dans les éco­sys­tèmes ter­restres s’in­té­resse à l’éco­sys­tème des sols, tels que les mi­lieux fo­res­tiers. Le par­cours Sé­cu­ri­té des pro­cé­dés in­dus­triels et maî­trise des risques, quant à lui, forme des in­gé­nieurs qui veillent à l’ap­pli­ca­tion des normes de sé­cu­ri­té en mi­lieu in­dus­triel. “Ce sont des for­ma­tions qui ré­pondent aux en­jeux so­cié­taux. Nous [en­sei­gnants et cher­cheurs, ndlr] tra­vaillons avec les au­to­ri­tés pour ré­pondre à l’in­cen­die Lu­bri­zol”, in­dique le maître de confé­rences. Confron­ter les étu­diants à la réa­li­té, c’est l’ob­jec­tif de ces études. “L’en­vi­ron­ne­ment on peut le théo­ri­ser mais le plus im­por­tant c’est le ter­rain”, af­firme Mat­thieu Four­nier. De bons taux d’in­ser­tion Ain­si, les classes du mas­ter 1 ont une ex­per­tise en­vi­ron­ne­men­tale à ef­fec­tuer. De­puis cinq ans, les étu­diants font l’ex­per­tise des mares de la mé­tro­pole rouen­naise afin de dé­ter­mi­ner quelles sont les mares ayant une po­ten­tia­li­té éco­lo­gique. À ces pro­jets s’ajoute la va­lo­ri­sa­tion de l’ex­pé­rience pro­fes­sion­nelle. De la li­cence 3 au mas­ter 2, les étu­diants peuvent faire plus d’un an de stage. En outre, cette ex­pé­rience pro­fes­sion­nelle per­met de “ré­pondre aux be­soins des en­tre­prises par­te­naires dont la de­mande est très im­por­tante et de tis­ser un ré­seau pro­fes­sion­nel en ré­gion”. De fait, 80 % des étu­diants de la for­ma­tion s’in­sèrent en Nor­man­die. Tan­dis que le taux d’in­ser­tion pro­fes­sion­nel gé­né­ral des élèves s’élève entre 90 % et 92 % au bout d’un an et de­mi. Au­jourd’hui, l’uni­ver­si­té de Rouen, consciente des en­jeux en­vi­ron­ne­men­taux ac­tuels, ré­flé­chit à la mise en place d’une for­ma­tion au dé­ve­lop­pe­ment du­rable pour ses autres dé­par­te­ments d’étude. Celle-ci pren­drait la forme d’une uni­té d’en­sei­gne­ment pro­po­sée dans des fi­lières comme le droit, l’éco­no­mie ou la mé­de­cine. Ces cours consti­tue­raient “des clés

de com­pré­hen­sion” sur le su­jet car

“en tant que ci­toyen on doit pou­voir com­prendre et par­ti­ci­per au dé­bat”, conclut Mat­thieu Four­nier. Pra­tique. Ren­sei­gne­ments sur univ-rouen.fr ou par té­lé­phone au 02 35 14 00 00

De­puis 25 ans, l’uni­ver­si­té de Rouen est en­ga­gée dans le dé­ve­lop­pe­ment de for­ma­tion au­tour de l’en­vi­ron­ne­ment et va pour­suivre ce tra­vail dans les pro­chaines an­nées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.