An­gers trop fort pour Rouen, éli­mi­né.

Tendance Ouest Rouen - - LA UNE -

Par­tout en Nor­man­die, on a vi­bré avec l'in­com­pa­rable Coupe de France tout le week-end der­nier. Le phé­no­mène est connu et pour­tant, il se ré­pète à l'en­vie. Chaque dé­but d'an­née ci­vile, au moindre par­cours un temps soit peu pé­tillant d'une équipe de football ré­gio­nale, ce sont des mil­liers de per­sonnes qui ne suivent pas la vie du bal­lon rond d'ha­bi­tude qui se pas­sionnent ins­tan­ta­né­ment. Ven­dre­di 17 jan­vier, ils étaient 20 000 au stade d'Or­na­no de Caen pour sup­por­ter... Gran­ville, pe­tit club de la Manche face à Mar­seille. Le len­de­main au Havre, le stade Océane a bat­tu son re­cord d'af­fluence de la sai­son avec plus de 15 000 spec­ta­teurs pré­sents pour sou­te­nir Gon­fre­ville-l'Or­cher, mo­deste lan­terne rouge de cin­quième di­vi­sion face à Lille. Et le di­manche 19 jan­vier, le clou du spec­tacle avec un stade Ro­bert-Dio­chon plein à cra­quer à Rouen, en fu­sion pour ten­ter de por­ter les Diables Rouges du FCR vers un ex­ploit contre An­gers. Au­cun autre sport, au­cun autre spec­tacle ne peut ar­guer d'une telle ca­pa­ci­té de réunion des foules en Nor­man­die, et par­tout ailleurs. Mais la ma­gie s'est mal­heu­reu­se­ment ar­rê­tée là pour nos clubs de la ré­gion, à l'image de Caen, hu­mi­lié à Mont­pel­lier, seule dé­cep­tion nor­mande. Les autres ont es­pé­ré, com­bat­tu mais au fi­nal, sont tom­bés sous la qua­li­té de trois autres clubs de l'élite qui ont tous fait preuve d'un trait com­mun : le res­pect. Car c'est d'abord ça, la Coupe de France.

1- Ada­ma Si­di­bé, bu­teur.

Après 13 mi­nutes de jeu, le go­lea­dor rouen­nais laisse ex­plo­ser sa joie. Il vient de ra­me­ner le FCR à éga­li­té face à An­gers.

2- Dio­chon, quel stade !

Ce fut une des nom­breuses confir­ma­tions du week-end, le stade Ro­bert-Dio­chon a été for­mi­dable der­rière son équipe, pous­sant les Diables Rouges tout le match.

3- La bonne di­rec­tion.

Le coach Da­vid Gi­guel a re­gret­té la per­méa­bi­li­té de son bloc en dé­but de match. Il a ten­té de mon­trer une nou­velle di­rec­tion à ses joueurs par plu­sieurs chan­ge­ments mais rien n'y a fait, An­gers était trop fort.

4- Clap… de fin !

Comme à chaque match ga­gné, les Rouen­nais par­tagent le clap­ping avec leurs sup­por­ters. Même dé­faits par An­gers, Diar­ra et les siens sont ve­nus faire un clap­ping em­prunt d'émo­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.