LE PA­RI DE LA DA­TA

Rouen tou­risme & congrès mise sur le ré­seau mo­bile pour col­lec­ter des don­nées sur les vi­si­teurs et, pour­quoi pas, adap­ter sa stra­té­gie en con­sé­quence.

Tendance Ouest Rouen - - LA UNE - Pierre Du­rand-Gra­tian

L'ex­ploi­ta­tion des don­nées qui viennent des smart­phones ouvre de nou­velles pers­pec­tives pour les stra­té­gies tou­ris­tiques.

C'est la grande ré­vo­lu­tion de ces der­nières an­nées dans le monde du tou­risme : la da­ta, ou la col­lecte et l'ex­ploi­ta­tion d'un maxi­mum de don­nées sur les vi­si­teurs et leur com­por­te­ment pour adap­ter l'offre tou­ris­tique. À Rouen tou­risme & congrès, l'of­fice de la Mé­tro­pole, on croit in­ten­sé­ment à la plus-va­lue que peut ap­por­ter l'ex­ploi­ta­tion de ces don­nées. D'où l'em­bauche, en dé­but d'an­née 2020, d'un nou­vel em­ployé dans le ser­vice mar­ke­ting, spé­cia­liste de la da­ta.

Un dé­but de so­lu­tion avec Flux vi­sion

Mais pour ex­ploi­ter la don­née, en­core faut-il la col­lec­ter. Jus­qu'à main­te­nant, les of­fices de tou­risme me­su­raient la fré­quen­ta­tion de leur ter­ri­toire avec les chiffres que pou­vaient leur four­nir les sites, les pas­sages à l'of­fice ou en­core les nui­tées dans les hé­ber­ge­ments payants. “Ces don­nées

sont par­cel­laires”, es­time Delphine Crocq, di­rec­trice de Rouen tou­risme & congrès. Flux vi­sion ap­porte un dé­but de so­lu­tion. Le sys­tème, dé­ve­lop­pé par Orange, per­met de col­lec­ter des don­nées sur les vi­si­teurs via le ré­seau mo­bile, et donc le smart­phone qu'ils ont dans la poche. Une mine d'in­for­ma­tions, qu'il faut en­suite sa­voir ana­ly­ser. Pour la pre­mière fois, Rouen tou­risme & congrès a pu avoir une idée du nombre glo­bal de vi­si­teurs qui sont pas­sés sur son ter­ri­toire en 2019 (à par­tir de fé­vrier, date à la­quelle l'of­fice a été équi­pé) : 7,8 mil­lions de tou­ristes. Le vrai bap­tême du feu du dis­po­si­tif a eu lieu pen­dant l'Armada en 2019. “On a pu avoir les chiffres sur un pé­ri­mètre don­né et aus­si me­su­rer l'im­pact pré­cis sur la fré­quen­ta­tion du centre-ville de Rouen.”

Quels chan­ge­ments stra­té­giques ?

Flux vi­sion a aus­si per­mis d'ob­ser­ver un phé­no­mène ma­jeur à Rouen : la fré­quen­ta­tion des tou­ristes al­le­mands, pas­sée de­vant celle des tou­ristes bri­tan­niques. De quoi se po­ser des ques­tions sur l'offre. “On a de moins en moins de guides qui exercent dans la langue…” Il est aus­si consta­té que l'on peut être tou­riste dans sa ré­gion ou dans sa ville, et ce de ma­nière ré­gu­lière, “ce qui pose ques­tion sur l'offre de vi­sites, par exemple”, à di­ver­si­fier pour les ha­bi­tués. Quant à sa­voir si ces don­nées vont jouer sur le po­si­tion­ne­ment de Rouen tou­risme & congrès, c'est en­core trop tôt pour le dire. Une grande étude est lan­cée par la Mé­tro­pole Rouen Nor­man­die pour le re­bond tou­ris­tique d'un ter­ri­toire qui souffre der­niè­re­ment, avec la crise du co­ro­na­vi­rus ou le ré­cent in­cen­die de Lu­bri­zol. Le nou­vel exé­cu­tif mé­tro­po­li­tain au­ra son mot à dire puisque c'est lui qui sub­ven­tionne pour plus de la moi­tié l'of­fice de tou­risme. Par ailleurs, l'ex­ploi­ta­tion des don­nées de Flux vi­sion com­mence à peine.

“Elles nous confirment qu'il y a une vraie sai­son­na­li­té. Après, quel type de tou­risme

veut- on at­ti­rer ?”, ques­tionne Delphine Crocq. La ques­tion reste ou­verte, alors que la Nor­man­die a mis en avant les concepts de “slow tou­risme” et de tou­risme du­rable.

Les don­nées four­nies par Flux vi­sion ont per­mis d'es­ti­mer, pour la pre­mière fois, le nombre de tou­ristes dans la Mé­tro­pole Rouen Nor­man­die en 2019.

L'Armada 2019 a fait of­fice de test gran­deur na­ture pour le dis­po­si­tif Flux vi­sion qui a comp­té 3,8 mil­lions de vi­si­teurs pen­dant les 10 jours de l'évé­ne­ment.

Delphine Crocq est la di­rec­trice de Rouen tou­risme & congrès.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.