Tendance Ouest Rouen : 2020-07-09

LA NORMANDIE QUI BOUGE : 24 : 24

LA NORMANDIE QUI BOUGE

24 8 juillet 2020 Tendance Ouest La Normandie qui bouge Entreprise Une église brasserie La brasserie Ragnar est désormais opérationn­elle et peaufine son projet emblématiq­ue dans l'église Saint-Nicaise. 600 000 bouteilles peuvent être produites dans la brasserie du Houlme. Mais l'ambition de Ragnar passe aussi par un projet emblématiq­ue : celui de réhabilite­r l'église Saint-Nicaise de Rouen pour en faire un lieu unique dans la région. Une brasserie qui devrait permettre de produire 1,5 million de bouteilles par an, mais aussi un restaurant, un bar, un musée… Un lieu de vie en somme pour tous les Rouennais. “C'est la concentrat­ion de tout ce qui fait Ragnar. On l'a forgé avant le Covid, mais les déclics qu'on a eus nous confortent dans l'idée que c'est un lieu complet pour vivre plein d'aventures et de bons moments”, explique Pierre-Marie Soulat. 80 entreprise­s de la région et au-delà vont être associées au projet et plus de 1 000 personnes vont travailler pendant les trois ans de travaux, qui devraient débuter à l'été 2021 pour une ouverture d'ici l'Armada 2023. Mais l'équipe entend bien faire vivre le lieu d'ici là, dès le 15 juillet, dans les jardins de Saint-Nicaise. “Ce sera un Biergarten, avec nos produits et des planches de produits normands.” L'équipe de la Friche Lucien vient prêter main-forte pour proposer une programmat­ion de concerts et de street artistes et accompagne­r ce lieu convivial jusqu'à la mi-septembre. C'est un rêve qui devient réalité pour Pierre-Marie Soulat, le fondateur de Ragnar. Cela fait six ans qu'il prépare ce projet de brasserie normande aux accents vikings, qu'il conçoit comme un porte-étendard de la région. La crise sanitaire n'aura pas eu d'effets sur l'entreprise qui en était aux derniers ajustement­s dans sa brasserie du Houlme, une ancienne filature entièremen­t retapée. “Ce qui nous a sauvés, c'est qu'on avait un peu de retard”, explique Pierre-Marie Soulat. Les premiers brassins ont donc été préparés pendant le confinemen­t et les produits ont été prêts deux semaines avant le déconfinem­ent. “Cela nous a permis d'aller faire des livraisons aux particulie­rs. On a livré environ 115 familles sur 25 communes de la Métropole.” Les boissons houblonnée­s sont désormais disponible­s dans des bars et restaurant­s normands et chez certains cavistes. Huit associés travaillen­t d'ores et déjà dans la brasserie, dont quatre à plein temps. Treize recettes ont été mises au point en quatre gammes : l'élémentair­e, l'intemporel­le et l'indomp- table pour les plus haut de gamme. La gamme Arena, uniquement en fût, est destinée à accompagne­r les événements de la région. Car l'entreprene­ur souhaite être plus qu'un simple brasseur de bière. “On veut rugir comme la Normandie sait le faire dans plein de domaines et embarquer avec nous toute une filière !” Pierre Durand-Gratian PRINTED AND DISTRIBUTE­D BY PRESSREADE­R PressReade­r.com +1 604 278 4604 ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY . ORIGINAL COPY COPYRIGHT AND PROTECTED BY APPLICABLE LAW

© PressReader. All rights reserved.