3 ques­tions à…

Trucks Mag - - Enquete -

DO­MI­NIQUE THO­MAS Pa­tron de l’Es­cale (36), si­tuée sur l’axe Pa­ris-Tou­louse et do­tée d’un par­king d’une ca­pa­ci­té d’ac­cueil d’en­vi­ron 150 PL. TrucksMag : Votre clien­tèle est-elle concer­née par la pros­ti­tu­tion ? Do­mi­nique Tho­mas : Non, je pense qu’on est une vieille mai­son, on est trop res­pec­tables pour ça. Chez nous, on mise sur d’autres atouts comme la cui­sine, l’ac­cueil, les prix que sur l’ar­gu­ment du sexe… TM : A pro­pos de la pros­ti­tu­tion, vous par­lez d’un phé­no­mène de­ve­nu anec­do­tique ? DT : Ça exis­tait sans doute il y a une di­zaine d’an­nées mais main­te­nant, si la pros­ti­tu­tion sur les par­kings et au­to­routes existe, elle reste vrai­ment très dis­crète. On sait que dans notre coin, aux alen­tours de Châ­teau­roux, elle se si­tue plu­tôt au-des­sus de Vier­zon dans les bois. Ici, je fais mon tour tous les soirs vers 20-21 heures et il n’y en a pas. TM : Est-ce que le phé­no­mène nuit à la pro­fes­sion des rou­tiers ?

DT : Non pas du tout. Au contraire, je pense que ce­la leur fait du bien. La pros­ti­tu­tion, ce­la fait par­tie des ac­com­pa­gna­teurs des mé­tiers de la route. Les plus gros clients des pros­ti­tuées, à mon avis, ce ne sont pas les chauf­feurs. Il y a une tren­taine d’an­nées, notre clien­tèle était d’une com­po­si­tion dif­fé­rente avec beau­coup de vi­si­teurs mé­di­caux, des re­pré­sen­tants de marques d’al­cool. Après un bon re­pas, ils se re­trou­vaient tous à Châ­teau­roux dans des boîtes avec des dames comme ça. Mais main­te­nant ça s’est per­du. Les pros­ti­tu­tions sont plus va­riées et s’adaptent aux de­mandes de la so­cié­té. J’es­time que par­mi la po­pu­la­tion des chauf­feurs rou­tiers, il y a un maxi­mum de gens di­vor­cés ou re­ma­riés et leur fa­çon de vivre n’est pas fa­cile à as­su­mer, aus­si bien pour l’homme que pour la femme. C’est un mé­tier dif­fi­cile alors ce­ci ex­plique peut-être ce­la…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.