Vélo Tout Terrain

Le métrique, c'est quoi ?

-

par le grip que peut procurer ce sol particuliè­rement détrempé, je choisis de prendre la roue d'un des ingénieurs de RockShox, habitué à la région. Suivant ses conseils (« t'inquiète, ici plus il pleut, plus il y a du grip… »), je lâche les freins et effectivem­ent : ça passe plutôt bien ! De retour au garage, je remarque qu'un truc a changé sur mon Patrol. Tiens, y'a un nouvel amortisseu­r. Et une nouvelle biellette ! Fidèle lecteur, c'est maintenant que ça se passe. Ce que je vous propose de vivre avec moi, ce n'est ni plus ni moins qu'une évolution majeure pour nos VTT dans les années à venir : le passage au système de mesure métrique de l'entraxe des amortisseu­rs. Métrique? Kezako? Jusqu'à aujourd'hui, on mesure la course et l'entraxe de nos amortisseu­rs de façon impériale, en pouce. Au fil des ans, les références (entraxes, courses, buselures et

Le point de vue de… Nicolas Ménard, ingénieur chez Commençal

Vélo Tout Terrain : Quand vous êtes-vous penché sur le passage au métrique sur les entraxes d'amortisseu­r arrière ? Nicolas Ménard : J'ai commencé à bosser dessus au printemps 2015. VTT : Tout est parti de RockShox ? N.M : Oui, c'est venu de RockShox, en même temps que l'annonce du Boost lors de l'Eurobike 2014. Sur le coup, j'ai pas aimé la blague. Après, en y réfléchiss­ant, j'ai trouvé la démarche intéressan­te. Le passage en métrique génère plus de place dans l'amortisseu­r, donc un meilleur guidage. Il y a plus de place pour travailler l'hydrauliqu­e, ce qui est loin d'être négligeabl­e. Généraleme­nt je suis prêt à changer de standard quand on y trouve un intérêt... et pour le coup l'apport est très intéressan­t. On a été assez confiant quand on a vu que d'autres fabricants de suspension­s comme Fox et Cane Creek suivaient notamment. VTT : Du coup, il faut s'attendre à voir du métrique chez Commençal pour 2017 ? N.M : On en a profité pour revoir le Meta V4 en profondeur, et très honnêtemen­t sur le Meta V4.2, on a fait un bond en avant niveau performanc­es. Il y a beaucoup moins de frictions et la suspension est nettement plus performant­e. On utilise un amortisseu­r en 230 mm d'entraxe et 60 mm de course au lieu d'un 200*57 monté sur le V4 actuel. La cinématiqu­e a été revue et on a fait en sorte de l'optimiser avec le RockShox Super Deluxe. Bien entendu cela ne veut pas dire pour autant qu'avec d'autres amortisseu­rs le vélo ne fonctionne plus, mais on va dire qu'on a optimisé avec RockShox que l'on montera beaucoup sur la gamme. VTT : A l'heure où l'arrivée de nouveaux standards sur nos VTT est finalement assez décriée, l'arrivée du métrique donc est plutôt positive ? N.M : Oui, c'est une bonne chose si on s'y fixe une bonne fois pour toutes. Je sais que beaucoup de gens pensent qu'on prend un malin plaisir à utiliser de nouveaux standards, mais dans ce cas c'est quand même un vrai pas en avant et cela devrait nettement simplifier les choses. Donc bien entendu, j'espère que c'est un standard qui va s'installer durablemen­t. Le fait que les grosses marques s'y mettent est une bonne chose. Ce schéma montre que même lorsqu’il est totalement comprimé, l’amortisseu­r en métrique dispose encore d’espace pour la charge de gaz, quelle que soit l’entraxe et la course de l’amortisseu­r. visseries) se sont multipliée­s à la demande des fabricants, au point de devenir un véritable casse-tête pour tout le monde, du fabricant au consommate­ur, en passant par le revendeur. Pour vous donner une idée simple, il y a aujourd'hui plus de 90 références différente­s, juste pour la visserie qui permet de monter un amortisseu­r sur son VTT ! Le passage en métrique n'est pas seulement une conversion du système impérial en millimètre­s, mais une véritable réflexion de la part des fabricants de cadres et de suspension­s pour clarifier et simplifier l'offre. Et quitte à changer, autant augmenter un peu l'entraxe pour que les ingénieurs puissent pleinement s'exprimer et avoir plus d'espace disponible à l'intérieur de l'amortisseu­r. D'où cette nouvelle biellette installée sur le Transition. Eh oui, nouvel entraxe implique nouvelle biellette, nouvelle cinématiqu­e, ou nouveau cadre à l'avenir. Mais je vous explique tout un peu plus tard. Pour l'instant, les avions de chasse de chez RockShox (Duncan Riffle et Tyler Moreland) m'appellent pour qu'on reparte rouler. Je m'attarde un peu sur ce nouvel amortisseu­r qui vient remplacer le Monarch que j'avais testé quelques heures auparavant. Et ce qui me frappe en premier sur le Super Deluxe (c'est son nom), c'est sa grosse molette de réglage de détente située autour du corps de l'amortisseu­r. Super facile à régler, quel que soit le positionne­ment de l'amortisseu­r sur le cadre et même avec les doigts gelés par la pluie et le froid. Histoire de rester frais pour les trois jours de ride qui m'attendent, j'ai troqué la couronne de 30 dents contre un 28, histoire de m'économiser un peu dans les montées. Ce qui m'interpelle instantané­ment avec le Super Deluxe, c'est le net gain en traction. Comme avec le Monarch, j'utilise le mode intermédia­ire en compressio­n (Pedal) pour grimper. Et là où la roue arrière avait tendance à riper ou buter - comme sur des passages de racines ou les petits rochers bien vicieux – ça passe désormais sans la moindre perte de contrôle. Le plus impression­nant, c'est que ce net gain de motricité ne s'accompagne pas d'une perte de

 ??  ??
 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France