VTT D’AN­TAN

Nous sommes en 1985. Doug Brad­bu­ry n’a qu’une idée en tête : fa­bri­quer un VTT qui fonc­tionne vrai­ment ! Il vide son ga­rage, ré­cu­père des tubes et un poste à sou­der : Ma­ni­tou vient de naître ! Pho­tos : 24Pouces - Gé­né­ra­tion Moun­tain Bike

Vélo Tout Terrain - - RÉTRO -

On pour­rait pen­ser à une chro­nique mar­tienne et pour­tant, tout se passe au Co­lo­ra­do. Si le per­son­nage cen­tral s’ap­pelle Brad­bu­ry comme l’au­teur de scien­ce­fic­tion, il se pré­nomme Doug et s’ex­prime plu­tôt avec un poste à sou­der. Pen­dant presque 15 ans, Doug est un pi­lote de mo­to tout-ter­rain. Mais las­sé par les chutes et les frac­tures, il bi­furque vers le moun­tain bike au dé­but des an­nées 80 : plus soft que les en­gins à mo­teur et tout aus­si lu­dique, mais les mon­tures sont en­core loin d’être au point… Ma­ni­tou vient alors de naître en 1985. Ses pre­mières réa­li­sa­tions vont bou­le­ver­ser le moun­tain bike. Pour Doug, un vé­lo doit être vif et pré­cis. Il uti­lise les mêmes tubes en alu­mi­nium 6061 T6 que Klein et Cannondale, ga­ran­tis­sant lé­gè­re­té et ri­gi­di­té. Doug re­cherche aus­si la so­li­di­té. Les sou­dures ne se­ront pas li­mées et les jonc­tions prin­ci­pales du cadre se­ront ren­for­cées. Comme Doug n’a pas les pos­si­bi­li­tés tech­niques des grandes marques pour fa­çon­ner l’alu, le tri­angle ar­rière se­ra donc en tubes de sec­tion car­ré, bi­seau­tés aux ex­tré­mi­tés pour créer un bon dé­ga­ge­ment du pneu et of­frir des bases les plus courtes pos­sibles (415 mm). Ain­si, le Ma­ni­tou pré­fi­gure les géo­mé­tries “for­ward” ac­tuelles : un ar­rière très court, un avant ral­lon­gé, un angle de di­rec­tion cou­ché et un faible dé­port de fourche. Les pre­miers vé­los de Doug uti­li­se­ront même une po­tence ul­tra courte. Autres par­ti­cu­la­ri­tés du Ma­ni­tou : des en­traxes de moyeu plus larges (145 mm à l’ar­rière et 115 de­vant) pour gar­der une ligne de chaîne des plus rec­ti­lignes, un boî­tier abais­sé et une douille de di­rec­tion très haute. Le centre de gra­vi­té est dé­pla­cé sur l’ar­rière pour dé­les­ter la proue du vé­lo et fa­vo­ri­ser ain­si une di­rec­tion plus fluide tout en conser­vant une bonne sta­bi­li­té d’en­semble. Le Ma­ni­tou aime la vi­tesse. Ras­su­rant en des­cente, il se place au mil­li­mètre. Dans le tech­nique, le Ma­ni­tou pré­fère un pi­lo­tage “en­rou­lé”. Il suf­fit de lâ­cher les freins, de dé­ci­der de la tra­jec­toire, et son éton­nante géo­mé­trie fait le reste ! Dans les por­tions as­cen­dantes, le ren­de­ment est op­ti­mum avec la pos­si­bi­li­té d’em­me­ner des pe­tits dé­ve­lop­pe­ments sans ja­mais ca­brer. Mais le vé­lo est très ri­gide et ça ta­basse vrai­ment fort sur les sols cas­sants… Et c’est ici que se des­sine la li­mite du Ma­ni­tou. Conscient du pro­blème, Doug Brad­bu­ry sait que le moun­tain bike de­vra obli­ga­toi­re­ment pas­ser par la case sus­pen­sion pour pro­gres­ser. En 1990 et tou­jours dans son ga­rage, il réa­li­se­ra ses pre­mières fourches té­les­co­piques en re­pre­nant la struc­ture de ses mo­dèles ri­gides. Sé­duits, John To­mac et Ju­lia Fur­ta­do uti­li­se­ront les pro­to­types aux pre­miers cham­pion­nats du monde de Du­ran­go sur leurs Yeti. L’an­née sui­vante, le Ma­ni­tou en­tiè­re­ment sus­pen­du est dé­voi­lé. Entre 1986 et 1993, Doug au­ra fa­bri­qué quelques 316 vé­los dans son ga­rage, ma­chines uniques et hors normes. Mais en 1992, la li­cence Ma­ni­tou se­ra re­ven­due à Ans­wer pour pas­ser du pur ar­ti­sa­nat à la réa­li­sa­tion in­dus­trielle. Si Doug se­ra tou­jours à la créa­tion, c’est pour­tant une autre chro­nique qui com­mence… ■

Ma­ni­tou (1990)

1 1. Dans son ga­rage, Doug n’a pas les moyens tech­niques des grandes marques pour cin­trer ou fa­çon­ner l’alu ou de réa­li­ser des tubes but­ted. Alors il coupe, il soude et ren­force !

22. La fourche Ma­ni­tou ri­gide pré­fi­gure la ver­sion té­les­co­pique…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.