Ca­nyon Spec­tral:On 8.0

4 999 € | 22,10 kg en taille M sans pé­dales | Dé­bat­te­ment : 160 mm av. ; 150 mm ar. | Pra­tique : mon­tagne, val­lon­né

Vélo Tout Terrain - - CONTENTS - Texte : Ni­co­las Le Car­ré Pho­tos : Ni­co­las Le Car­ré & Ca­nyon

On n’y croyait plus, et pour­tant ce­la fai­sait trois ans qu’il était dans les tuyaux. Ca­nyon se lance en­fin dans le seg­ment du VTTAE avec le Spec­tral:On. La ré­vo­lu­tion, il ne faut pas al­ler la cher­cher dans son look mais dans les so­lu­tions tech­niques adop­tées, qui font une vraie dif­fé­rence sur le ter­rain. Il au­ra donc fal­lu at­tendre 2018 pour que Ca­nyon pro­pose sa vi­sion du VTT à as­sis­tance élec­trique. Au­tant vous le dire sans dé­tour, lors­qu’on a dé­cou­vert pour la pre­mière fois le Spec­tral:On, on a été un peu dé­çu. Pour­quoi ?

Tout sim­ple­ment parce qu’on s’at­ten­dait à ce que Ca­nyon lance un pa­vé dans la mare en terme de de­si­gn et d’in­té­gra­tion. A ce ni­veau-là, c’est ra­té ! Les plus mé­di­sants di­ront même qu’il a des faux airs de Com­men­çal Me­ta Po­wer, ce Ca­nyon. Si la marque al­le­mande ne bous­cule pas les codes ni­veau es­thé­tique, sa vi­sion du VTTAE change pour­tant la donne. Après avoir pris le temps de bien rou­ler à son gui­don, on peut dire sans com­plexe que la marque al­le­mande jette un pa­vé dans la mare en pro­po­sant un en­semble de so­lu­tions tech­niques co­hé­rentes, qui font in­croya­ble­ment sens sur le ter­rain. On vous ex­plique en dix points pour­quoi le Spec­tral:On est une des ma­chines les plus abou­ties à l’heure ac­tuelle.

1 Parce qu’il fa­ci­lite la vie de son uti­li­sa­teur

Oui, la ten­dance ac­tuelle va vers l’in­té­gra­tion de la bat­te­rie. C’est plus ou moins réus­si et force est de consta­ter que gé­né­ra­le­ment, ce­la en­traîne d’avoir un tube dia­go­nal sur­di­men­sion­né et pas tou­jours har­mo­nieux avec le reste du cadre. Mais sur­tout, cer­tains construc­teurs ont pris le par­ti de l’in­té­gra­tion au dé­tri­ment du cô­té pra­tique. On pense à Ro­cky Moun­tain et à son fa­bu­leux Al­ti­tude Po­wer­play, pro­ba­ble­ment une des meilleures ma­chines du mar­ché, mais dont la bat­te­rie n’est pas dé­mon­table. On n’a pas tous la chance d’ha­bi­ter dans une mai­son et d’avoir un point de charge dans son ga­rage. Il y a pas mal de ma­chines que j’ai pu

tes­ter ces der­niers mois comme le Pi­vot Shut­tle ou le Fo­cus Jam2 que j’ai ado­rées, mais vers les­quelles je ne me tour­ne­rais pas si j’avais à faire l’ac­qui­si­tion d’un VTTAE. Tout sim­ple­ment parce qu’à l’usage, je ne pour­rais pas re­char­ger la bat­te­rie en la dé­mon­tant fa­ci­le­ment. Ca­nyon a pris le par­ti d’uti­li­ser une bat­te­rie ex­terne Shi­ma­no. Elle est fa­ci­le­ment dé­mon­table et plu­tôt bien in­té­grée dans la par­tie basse du cadre. Oui, es­thé­ti­que­ment c’est moins réus­si que d’autres (à ce ni­veau-là, Mous­tache a se­lon moi trou­vé la meilleure so­lu­tion), mais ni­veau pra­tique, on ne peut pas faire mieux. Le Spec­tral re­gorge d’autres pe­tits dé­tails de ce genre. Comme le sys­tème de le­vier qui vient s’in­té­grer dans l’axe de roue ar­rière, la pos­si­bi­li­té de mettre un porte-bi­don ou en­core le pas­sage de gaines hy­per bien pen­sé.

2 Parce que les ma­ni­velles de 165 mm, ça change la vie !

L’un des gros points noirs des VTTAE en gé­né­ral, c’est que les ma­ni­velles viennent ta­per beau­coup plus sou­vent le sol sur des ter­rains ac­ci­den­tés. Un pro­blème au­quel j’ai énor­mé­ment été confron­té au gui­don du Hai­bike XDURO Allmtn. Amé­lio­rer la garde au sol en aug­men­tant la hau­teur du boî­tier de pé­da­lier n’est pas la so­lu­tion la plus co­hé­rente. En re­vanche, ré­duire la lon­gueur des ma­ni­velles est beau­coup plus in­té­res­sant. En mon­tant des ma­ni­velles en 165mm, je ne suis ja­mais ve­nu en contact sur le Spec­tral:On, mal­gré un boî­tier pas plus haut que la concur­rence. On peut même mo­di­fier la hau­teur sur deux po­si­tions en fai­sant glis­ser le sup­port d’amor­tis­seur via une vis hexa­go­nale de 6 mm. En plus d’abais­ser le boî­tier, ce­la ouvre un peu plus l’angle de di­rec­tion qui passe à 66,8°.

3 Parce que dif­fé­ren­cier la taille de roues, ce­la a du sens sur un VTTAE

Le Spec­tral:On uti­lise une roue de 29” à l’avant et une roue en 27.5” à l’ar­rière. Si Ca­nyon n’est pas la pre­mière marque à avoir pen­sé à dif­fé­ren­cier la taille de roues avant et ar­rière (on se sou­vient des pre­miers Mous­tache), la marque al­le­mande pousse ici le concept un peu plus loin en jouant sur les sec­tions de pneus et lar­geurs de jantes as­so­ciées. A l’avant, on re­trouve du 2.35 chaus­sé sur une jante en 30mm de large contre un pneu en sec­tion de 2.8 à l’ar­rière sur un cercle en 35mm. L'in­té­rêt ? Pro­fi­ter des ca­pa­ci­tés de fran­chis­se­ment du 29” à l’avant et de la pré­ci­sion de pi­lo­tage of­ferte par une sec­tion de pneu “rai­son­nable”, en cou­plant avec la mo­tri­ci­té pro­cu­rée par la grosse sec­tion et le vo­lume d’un pneu en for­mat Plus à l’ar­rière, his­toire de faire pas­ser toute la puis­sance du mo­teur sans perte de contrôle. Après tout, c’est ain­si que sont mon­tées les mo­to-cross et d’en­du­ro de­puis des an­nées. Et vous sa­vez quoi ? C’est dia­bo­li­que­ment ef­fi­cace sur un VTTAE, au point de se de­man­der pour­quoi per­sonne n’avait dé­ve­lop­pé le concept plus tôt. Car le pro­blème du for­mat Plus à l’avant (sec­tion de pneus de 2.8), c’est qu’il a ten­dance à alour­dir la di­rec­tion et de de­ve­nir as­sez flou lors­qu’on com­mence à rou­ler vite. Tout l’in­verse du Ca­nyon. La pré­ci­sion de pi­lo­tage est au ren­dez-vous, on conserve une très belle te­nue dans les ap­puis, la sé­cu­ri­té lé­gen­daire pro­cu­rée par le 29” dans le tech­nique et sur­tout la mo­tri­ci­té dès qu’on “en­voie la sauce” au pé­da­lage. Ca­nyon n’a pas lé­si­né en mon­tant de vrais pneus, pas des “gom­mards de vi­trine”. Que ce soit au ni­veau de la gomme ou de la car­casse, les Mi­nion EXO 3C sont un must, so­li­de­ment ar­na­chés sur les DT Swiss H1501.

4 Parce qu’on adore sa mo­to­ri­sa­tion

Après avoir tes­té pra­ti­que­ment toutes les mo­to­ri­sa­tions du mar­ché, Ca­nyon s’est fi­na­le­ment tour­né vers Shi­ma­no et son ex­cellent sys­tème Steps E8000. Il y a plu­sieurs rai­sons à ce­la. La pre­mière, c’est que ce­la lui as­sure un SAV ra­pide et ef­fi­cace dans les quatre coins du globe. Et pour une marque comme Ca­nyon, c’est un pa­ra­mètre non né­gli­geable. La se­conde rai­son, c’est que le mo­teur Shi­ma­no s’est très ra­pi­de­ment po­si­tion­né comme une al­ter­na­tive très sé­rieuse face aux concur­rents que sont Bosch, Ya­ma­ha ou en­core Brose. Il faut dire qu’il a de sé­rieux atouts, à com­men­cer par son si­lence de fonc­tion­ne­ment et la fa­çon li­néaire et presque na­tu­relle dont il dé­livre sa puis­sance. Le fait de pou­voir dé­sor­mais ré­gler le ni­veau d’as­sis­tance des modes Tour et Boost via l’ap­pli­ca­tion E-Tube est un vrai plus. Pour­quoi ne pas avoir pous­sé la dé­marche jus­qu’au bout ? Je trouve dom­mage de ne pas pou­voir ajus­ter le mode Eco, qui peut pa­raître un peu éle­vé pour ce­lui qui sou­haite vrai­ment rou­ler

L’ÉTA­GE­MENT DE LA CAS­SETTE 8 VI­TESSES (11-48 DENTS) DY­NA­MISE EN­CORE PLUS LE MO­TEUR SHI­MA­NO LORS­QU’ON CHANGE DE RAP­PORT

à l’éner­gie. Pour le reste, on est tous una­nimes à la ré­dac'. L’ar­ri­vée de Shi­ma­no dans le seg­ment du VTT à as­sis­tance élec­trique a chan­gé la donne, car le ni­veau de per­for­mances of­fert par le géant ja­po­nais a don­né du fil à re­tordre à ses concur­rents. Et ça, c’est sa­cré­ment bon pour faire évo­luer la dis­ci­pline vers le haut !

5 Parce qu’il sait frei­ner fort

Qui dit VTTAE dit frei­nage sur­di­men­sion­né. Ca­nyon l’a bien com­pris en mon­tant des Sram Code R à quatre pis­tons avec des disques de 200 mm.

6 Parce que le com­bo mo­teur Shi­ma­no E8000 et trans­mis­sion Sram EX1, c’est de la bombe !

Peu de marques pro­posent d’as­so­cier la trans­mis­sion Sram EX1 spé­cia­le­ment conçue pour le VTTAE avec la mo­to­ri­sa­tion Shi­ma­no. Pour­tant l’éta­ge­ment de sa cas­sette 8 vi­tesses (1148 dents) dy­na­mise en­core plus le mo­teur Shi­ma­no lorsque l’on change de rap­port. Et puis fran­che­ment, il au­rait été dom­mage de se pri­ver d’une trans­mis­sion 100% dé­diée à l’élec­trique. Plus fiable, plus en­du­rante et conçue pour en­du­rer les contraintes sup­plé­men­taires de la puis­sance du mo­teur, l’EX1 ne fait pas de conces­sion. Alors oui, il faut s’ha­bi­tuer au fait de ne pou­voir chan­ger qu’une vi­tesse à la fois pour sou­la­ger la trans­mis­sion ou en­core d’avoir par­fois un écart im­por­tant lorsque l’on change de rap­port en mi­lieu de cas­sette avec cet écart qui peut al­ler jus­qu’à 8 dents (qui donne jus­te­ment ce peps au mo­teur !). Mais une fois le temps d’adap­ta­tion pas­sé, on ne peut qu’ap­pré­cier le chan­ge­ment de vi­tesse fa­çon mé­tro­nome, la sta­bi­li­té de cette trans­mis­sion même en pleine charge, et sur­tout sa fia­bi­li­té.

7 Parce que Ca­nyon a pen­sé à tous les pra­ti­quants

Avec pas moins de cinq tailles dis­po­nibles (dont un XS en 27.5” avant/ar­rière), des ver­sions pour femmes et une gamme al­lant de 3799 € à 5999€, on peut dire que la marque al­le­mande s’adresse à un large spectre de pra­ti­quants...

8 Parce qu’à son gui­don, on re­trouve des sen­sa­tions de pi­lo­tage proches d’un VTT

La ré­vo­lu­tion Spec­tral:On, c’est sur le ter­rain qu’il faut al­ler la cher­cher, dans la me­sure où c’est une des rares ma­chines du mar­ché qui réus­sit à dis­til­ler à son pi­lote des sen­sa­tions proches d’un VTT “tra­di­tion­nel”. Il suf­fit de quelques mi­nutes à son gui­don pour avoir l’im­pres­sion d’être en ter­rain connu, comme à la mai­son, et de com­men­cer à jouer avec le ter­rain. Hop, on sou­lève la roue ar­rière pour se pla­cer dans la trace avec style. On se sur­prend à dé­col­ler les roues presque sans ef­fort, on pro­fite de chaque mou­ve­ment de ter­rain pour s’amu­ser. Bref, j’ai ra­re­ment eu l’oc­ca­sion de rou­ler sur un VTTAE si joueur. Car bien sou­vent, on se re­trouve plom­bé par le poids, l’im­pres­sion d’être “tan­qué” dans le dé­bat­te­ment et de ne pou­voir rien faire d’autre que de lais­ser tra­vailler le vé­lo sans pou­voir vrai­ment pi­lo­ter. S’il fal­lait re­te­nir une chose à pro­pos du Spec­tral:On, c’est pro­ba­ble­ment son dy­na­misme. Et pour­tant, il n’est pas en car­bone et il ne fait pas par­tie des plus lé­gers du mar­ché. Mais son équi­libre des masses est im­pres­sion­nant, sa géo­mé­trie ul­tra équi­li­brée et le set­ting de sa sus­pen­sion ar­rière le rendent ul­tra dy­na­mique, tout en res­tant par­ti­cu­liè­re­ment to­lé­rant et ca­pable d’en­cais­ser sé­vè­re­ment.

9 Parce qu’il pousse le concept jusque dans les moindres dé­tails

L’exemple concret, c’est cette selle spé­ci­fi­que­ment dé­ve­lop­pée parce qu’en VTTAE, on peut être ré­gu­liè­re­ment ame­né à abor­der des mon­tées beau­coup plus pen­tues qu’à l’or­di­naire. Du coup, l’ar­rière de la selle re­monte pour évi­ter de glis­ser sur l’ar­rière, tan­dis que la par­tie avant est plus large pour bien pou­voir se ca­ler sur le bec de selle. Et vous sa­vez quoi ? Ça marche ! Sans être pé­na­li­sant en des­cente, lors­qu’il s’agit de pas­ser sur l’ar­rière du vé­lo.

10 Parce qu’il va for­cer la concur­rence à ré­agir

Le VTTAE est au­jourd’hui un fan­tas­tique la­bo­ra­toire pour les marques. Ca­nyon dé­barque dans le seg­ment avec un pro­duit ul­tra abou­ti et com­pé­ti­tif. Reste que les marques tra­di­tion­nelles ont une force sur la­quelle elles peuvent jouer : le ré­seau de vente tra­di­tion­nel, car beau­coup de pra­ti­quants pré­fèrent ache­ter une ma­chine com­plexe comme un VTT à as­sis­tance élec­trique dans un ma­ga­sin et pro­fi­ter des ser­vices et conseils de proxi­mi­té ! ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.