Can­non­dale Scal­pel SE 2

Can­non­dale Scal­pel SE 2

Vélo Tout Terrain - - CONTENTS -

4 499 € | 12,7 kg sans pé­dales en taille L | Déb. av. : 120 mm | Déb. ar. : 115 mm | Pra­tique : ran­don­née spor­tive, com­pé­ti­tion, plaine, val­lon­né L’his­toire du Scal­pel SE me rap­pelle une conver­sa­tion eue avec les chefs pro­duits de Can­non­dale il y a deux ans, lorsque la marque avait pré­sen­té sa nou­velle arme de XC du cô­té du lac de Garde. Moi qui suis plus adepte du plai­sir du pi­lo­tage que de la per­for­mance pure, je m’étais ima­gi­né à fan­tas­mer le Scal­pel de mes rêves.

« Dis donc Guillaume. Ton Scal­pel avec 120 mm de dé­bat­te­ment de­vant, des gros pneus et une tige de

selle té­les­co­pique, il se­rait va­che­ment ri­go­lo à rou­ler ! » di­sais-je alors en riant à Guillaume Koch, mon­sieur Can­non­dale France. Vi­si­ble­ment, je ne suis pas le seul à avoir eu l’idée puisque voi­là qu’ap­pa­raît en 2018 le Scal­pel SE, chro­nique des temps mo­dernes où le XC se dé­ver­gonde et s’en­ca­naille. Et nous, on aime ça !

Le Scal­pel SE (pour Spe­cial Edi­tion), c’est le cross­coun­try qui s’éman­cipe au point de flir­ter avec le all- moun­tain. Du Scal­pel Si, la ver­sion SE en re­prend les grandes lignes avec son cadre full

car­bone Bal­lisTec. L’autre ori­gi­na­li­té du cadre, c’est son pro­cé­dé Ai pour Asy­me­tric In­te­gra­tion : la roue ar­rière et la trans­mis­sion sont dé­por­tées de 6mm vers la droite, pour ré­duire la lon­gueur des bases, aug­men­ter le dé­ga­ge­ment entre le pneu et le cadre et amé­lio­rer la ri­gi­di­té de la roue ar­rière en of­frant une ten­sion et un angle des rayons iden­tique de chaque cô­té. Du Scal­pel, le SE conserve aus­si le sys­tème de sus­pen­sion ar­rière Ze­ro Pi­vot qui joue sur la flexi­bi­li­té du tri­angle ar­rière, la très jo­lie biel­lette en car­bone et un pas­sage des gaines en in­terne par­ti­cu­liè­re­ment bien fi­chu.

SE, quand le cross-coun­try s’éman­cipe

Qu’est-ce qui change, alors ? Si le Scal­pel SE garde son ADN, il dé­laisse le XC pur et dur au pro­fit d’une phi­lo­so­phie qui mise avant tout sur la po­ly­va­lence et le plai­sir au sens large du terme.

Pour ce­la, Can­non­dale ne s’est pas conten­té de mon­ter une fourche plus grosse. Oui, le dé­bat­te­ment aug­mente de 20 mm à l’avant par rap­port aux 100 mm d’ori­gine du Scal­pel, grâce au mon­tage d’une gé­né­reuse fourche Fox Float 34 Per­for­mance sur cette ver­sion SE 2. Pour les in­con­di­tion­nels de la fourche mo­no­bras Lef­ty, elle est pro­po­sée sur la ver­sion haut de gamme du Scal­pel SE. A l’ar­rière aus­si, le dé­bat­te­ment est en hausse : il passe à 115 mm. Cô­té équi­pe­ment, le SE se la joue mau­vais gar­çon qui au­rait dé­ci­dé de s’éman­ci­per en adop­tant la garde-robe de son grand frère de all-moun­tain, voire d’en­du­ro. Avec sa trans­mis­sion Sram GX Eagle, sa tige de selle té­les­co­pique Race Face, sa pe­tite po­tence, son cintre large et ses gros pneus (2,4 à l’avant et 2,25 à l’ar­rière), ce Scal­pel fait mouche et rem­plit sur le pa­pier toutes les cases du VTT plai­sir comme je le conçois : des roues de 29’’, du dé­bat­te­ment mais pas trop, une po­si­tion de pi­lo­tage pri­vi­lé­giant le cô­té lu­dique et un look ter­ri­ble­ment sobre et classe. Le car­bone mat du cadre est re­le­vé par une touche de brillant et sau­pou­dré d’une paire de pneus à flancs Skin­wall pour la touche vin­tage. Très classe. Le Scal­pel SE me rap­pelle deux ma­chines qui m’ont mar­qué : le San­ta Cruz Tall­boy et le Tran­si­tion Smug­gler. Sau­ra-t-il dis­til­ler le même plai­sir de pi­lo­tage ?

AU GUI­DON DU SCAL­PEL SE, ON S’IMA­GINE PAR­TIR À L’AS­SAUT D’UNE ÉPREUVE COMME LA TRANSVÉ : IL COM­BINE TOUS LES CRI­TÈRES POUR EN FAIRE LA MA­CHINE IDÉALE POUR CE GENRE D’ÉPREUVE.

de la hau­teur du boî­tier de pé­da­lier. En gros, il se re­trouve à en­vi­ron 20 mm de plus que les stan­dards ac­tuels, à dé­bat­te­ment équi­valent.

Pé­na­li­sant ? Oui et non. Sur ter­rains ac­ci­den­tés, cette garde au sol plus im­por­tante peut se ré­vé­ler être un sa­cré atout dans la me­sure où l’on ne tape pra­ti­que­ment plus les ma­ni­velles et que l’on se re­trouve au gui­don d’un vrai monstre en ma­tière de fran­chis­se­ment. En re­vanche, qui dit centre de gra­vi­té plus haut dit un peu moins de pré­ci­sion en vi­rage et de sta­bi­li­té à cer­tains mo­ments. At­ten­tion, on est dans le haut du pa­nier en terme de plai­sir de pi­lo­tage car au gui­don du Scal­pel

SE, on ou­blie ra­pi­de­ment que l’on est au gui­don d’une ma­chine ini­tia­le­ment dé­diée au XC. Les pre­mières des­centes un peu tech­niques sont l’oc­ca­sion de lâ­cher les freins, de lais­ser faire la bête pour se rendre compte que la to­lé­rance est au ren­dez-vous. On lâche un peu plus et la seule vraie li­mite vient dans les sec­tions très pen­tues. C’est là qu’on au­rait ai­mé pou­voir bé­né­fi­cier d’un boî­tier un peu plus bas et peut-être d’un peu plus d’angle à l’avant, pour être vrai­ment en confiance. OK, on était peut-être un peu sor­tis du pro­gramme de ce VTT. Mais fran­che­ment, son po­ten­tiel et son ca­rac­tère donnent ra­pi­de­ment en­vie de pri­vi­lé­gier des traces tech­niques et lu­diques. Se faire plai­sir en trans­for­mant le ter­rain en im­mense parc d’at­trac­tion oui, mais avec ce pou­voir presque jouis­sif de pou­voir re­mettre ce pe­tit coup de pé­dale qui va bien et qui fe­ra que vous dé­po­se­rez vos com­pa­gnons de sor­tie. Car n’ou­blions pas que vous êtes au gui­don d’une ma­chine ini­tia­le­ment taillée pour la com­pet’ de XC “à la dure”. Au gui­don du Scal­pel SE, on s’ima­gine bien par­tir à l’as­saut d’une épreuve comme la my­thique Transvé : il com­bine tous les cri­tères pour en faire la ma­chine idéale pour ce genre d’épreuve. Per­for­mante sans être trop exi­geante, à l’aise dans le tech­nique et fran­che­ment lu­dique. Com­ment pla­cer ce Can­non­dale face au Tall­boy et au Smug­gler ? Si la phi­lo­so­phie est si­mi­laire, le ca­rac­tère est bien dif­fé­rent. Même avec plus de dé­bat­te­ment, on res­sent bien que l’ADN du Scal­pel est la per­for­mance. Le set­ting de la sus­pen­sion ar­rière n’a pas grand-chose à voir avec la sen­si­bi­li­té en dé­but de course et le cô­té « plush » d’un Tall­boy.

Le Scal­pel porte bien son nom. Confor­table, il l’est. Mais sa sus­pen­sion ar­rière pri­vi­lé­gie le dy­na­misme avec un cô­té un peu plus “sec” et pas mal de pro­gres­si­vi­té. Sur le ter­rain, ce­la per­met d’ob­te­nir ce com­por­te­ment sa­cré­ment fou­gueux qu’on adore ! ■

Texte & pho­tos : Ni­co­las Le Car­ré

La sus­pen­sion ar­rière est iden­tique à celle du Scal­pel. As­so­ciée à une biel­lette en car­bone, elle joue sur la flexi­bi­li­té du tri­angle ar­rière pour rem­pla­cer le point de pi­vot. Seul le dé­bat­te­ment change : il passe à 115 mm contre 100 mm sur le Scal­pel d’ori­gine.

Chaque dé­tail du cadre est soi­gné, à l’image du pas­sage de gaines en in­terne très bien pen­sé.

La com­mande de tige de selle Race Face est par­ti­cu­liè­re­ment er­go­no­mique et bien pla­cée.

La fourche Fox Float 34 est un must en terme de confort. N’hé­si­tez pas à jouer avec des cales vo­lu­mé­triques pour ré­duire le vo­lume de la chambre d’air et bais­ser en pres­sion. Vous y ga­gne­rez en sen­si­bi­li­té sans perdre en pro­gres­si­vi­té !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.