Mo­dia­no fait du da­ta.

Re­tour en dates, en sommes et en me­sures sur la vie et l’oeuvre du prix No­bel de littérature.

Vanity Fair (France) - - Sommaire - EMI­LY BARNETT

Mo­dia­no est une énigme. De­puis tou­jours, l’écri­vain de 72 ans cultive l’art du se­cret et montre les crocs dès qu’on tente par ef­frac­tion de se glis­ser dans sa peau (il s’était in­di­gné de la pa­ru­tion d’Ou­blier Mo­dia­no de Ma­rie Le­bey, chez Léo Scheer en 2011). Il n’est pas ai­sé de faire le lien entre « l’en­fant de la guerre » né sous l’Oc­cu­pa­tion, le re­je­ton du ba­by­boom, jour­na­liste à Vogue, pa­ro­lier (il signe à la fin des an­nées 1960 des chan­sons pour Fran­çoise Har­dy et Shei­la), scé­na­riste (il tra­vaille avec Michel Au­diard), jeune écri­vain sur­doué qui pu­blie son pre­mier livre à 23 ans, lau­réat du Gon­court (en 1978 pour Rue des Bou­tiques obs­cures, Gal­li­mard) puis du No­bel en 2014... Mais son sta­tut d’au­teur culte, Mo­dia­no le doit peut- être en­core plus aux ombres qui émaillent sa vie : une zone floue au­tour de sa date de nais­sance (il au­rait pris celle de son frère cadet, mort pré­ma­tu­ré­ment, pour conti­nuer à le faire vivre) ; son en­fance au cô­té d’un père abon­né au mar­ché noir et aux pe­tits tra­fics ; et, bien en­ten­du, la confu­sion entre sa vie et ses fic­tions in­quié­tantes peu­plées de per­son­nages louches. De­puis quelques an­nées, le mys­tère Mo­dia­no tend à s’éclair­cir : plus prompt à se li­vrer, il dé­ploie dans ses deux der­niers ro­mans – L’Herbe des nuits et Pour que tu ne te perdes pas dans le quar­tier – une ré­flexion sur l’art d’écrire. Sou­ve­nirs dor­mants est ex­pli­ci­te­ment au­to­bio­gra­phique : le « dé­tec­tive mé­ta­phy­sique », comme le nomme son épouse, y dresse un in­ven­taire des ren­contres fé­mi­nines mar­quantes de sa jeunesse, pré­texte à une nou­velle et ver­ti­gi­neuse dé­am­bu­la­tion spa­tio- tem­po­relle dans Pa­ris. —

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.