Ex­trême ONCTION

Le dé­ve­lop­pe­ment des huiles et sé­rums très haut de gamme fait des soins pour les che­veux le nou­veau pro­duit de niche.

Vanity Fair (France) - - Fanfare - BÉ­NÉ­DICTE BUR­GUET

Par­fum dé­ve­lop­pé en col­la­bo­ra­tion avec un nez, ma­tière pre­mière à plu­sieurs cen­taines d’eu­ros le gramme, sen­sua­li­té et ex­pé­rience... Il est loin le temps où les pro­duits ca­pil­laires se ré­su­maient à un sham­poing doux et à un masque hy­dra­tant. « Les che­veux n’échappent plus à cette phi­lo­so­phie de “beau­té ho­lis­tique”, constate Ca­ro­line Bot­ti­glie­ro, chef de pro­duit Sis­ley. Les consom­ma­teurs re­cherchent des soins na­tu­rels, poin­tus, qui leur ins­pirent con‚ance et leur pro­curent un vrai plai­sir. » Une ten­dance qu’a bien cer­née la marque fran­çaise en lan­çant sa gamme Hair Ri­tuel by Sis­ley en­ri­chie, par exemple, d’un « par­fum ac­tif », hes­pé­ri­dé, boi­sé, avec des notes d’ambre et de ci­tron, in­fu­sé d’huiles es­sen­tielles agis­sant sur la vi­ta­li­té des che­veux. Comble du luxe. Fi­na­le­ment, de­vrait- on choi­sir un après-sham­poing comme une crème de jour ? Presque. L’épi­derme et les che­veux, tous deux consti­tués de ké­ra­tine, connaissent, en eŽet, des pro­blèmes si­mi­laires (re­nou­vel­le­ment cel­lu­laire, pig­men­ta­tion, sen­si­bi­li­té aux agres­sions ex­té­rieures, au stress et à la pol­lu­tion) et sont les prin­ci­paux in­di­ca­teurs de bonne san­té, cette nou­velle ob­ses­sion contem­po­raine. Grâce à ces pe­tits luxes ca­pil­laires, la che­ve­lure peut, de nou­veau, se la jouer «•plus belle des pa­rures•». —

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.