Les ingrédients clés du suc­cès de la fran­chise étoi­lée de Ste­ven So­der­bergh et George Cloo­ney, qui re­naît au­jourd’hui dans une ver­sion fé­mi­nine.

Vanity Fair (France) - - Cinéma -

Le cas­ting 4 étoiles a tou­jours été l’in­gré­dient pre­mier de la fran­chise créée par le re­nard ma­lin de Hol­ly­wood, Ste­ven So­der­bergh. Après un pre­mier vo­let avec les deux plus grosses stars du mo­ment,

George et , Cloo­ney Pitt épau­lées par

Ju­lia Ro­berts et quelques chal­len­gers de choix ( ,

Matt Da­mon Brad Don Cheadle, Ca­sey Af

...), on s’est re­trou­vé fleck au fil du temps avec des dis­tri­bu­tions qui gros­sis­saient pro­por­tion­nel­le­ment au nu­mé­ro sur l’af­fiche (Ocean’s Twelve, Ocean’s Thir­teen...). De à Vincent Cas­sel Al Pa, on a par­fois fri­sé l’in­ci­no di­ges­tion. Le vo­let 2018, cette fois- ci 100% fé­mi­nin, res­pecte plei­ne­ment l’es­prit de l’ori­gi­nal :

San­dra , , Bul­lock Cate Blan­chett

ou en­core Anne Ha­tha­way

sont de la par­tie. Ri­han­na De­puis le suc­cès in­at­ten­du de Won­der Wo­man, pre­mière su­per-hé­roïne fé­mi­nine à at­teindre de tels som­mets, et le re­ten­tis­se­ment de l’af­faire ,

Wein­stein tout a chan­gé à Hol­ly­wood. L’heure est au girl po­wer, qui n’était pas vrai­ment la pré­oc­cu­pa­tion pre­mière des très vi­rils vo­lets ori­gi­naux des « Ocean’s ». La sa­ga prend acte de ce re­tour­ne­ment de si­tua­tion et in­vente une soeur à Dan­ny Ocean ( ), aus­si habile que lui dans l’art de l’ar­naque. Elle

George Cloo­ney s’ap­pelle Deb­bie et a les traits de . Grande le­çon sur l’ha­bi­li­té

San­dra Bul­lock de la plus grosse fa­brique de di­ver­tis­se­ment mondiale à re­tom­ber sur ses pattes. Ocean’s Ele­ven est le re­make d’un film de 1960 avec ,

Si­na­tra Frank

, Dean Mar­tin Sam­my

et consorts, auDa­vis Jr. tre­ment dit le cé­lèbre Rat Pack, plus gros concen­tré de swag ja­mais ré­per­to­rié. Ce qu’ils ai­maient dans la vie, c’était boire des cock­tails et se van­ner à Las Ve­gas, et ils en ont fait des spec­tacles, des films, etc. , avec

George Cloo­ney son goût pour l’âge d’or de Hol­ly­wood et sa pa­ren­té sou­vent re­le­vée avec le roi de l’élé­gance, ,

Ca­ry Grant ap­par­tient à une race d’ac­teur en voie de dis­pa­ri­tion. La mu­ta­tion de l’usine à rêves n’a plus de place pour le gla­mour qu’il in­carne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.