L’ART et la ma­tière

Long­champ cé­lèbre cette an­née ses soixante-dix ans. L’oc­ca­sion pour sa di­rec­trice ar­tis­tique, So­phie De­la­fon­taine, de mettre plus que ja­mais les oeuvres à l’hon­neur dans la mai­son res­tée fa­mi­liale.

Vanity Fair (France) - - VANITY CASE STYLE - BÉ­NÉ­DICTE BUR­GUET

De­puis sa créa­tion, Long­champ en­tre­tient une re­la­tion étroite avec les ar­tistes. Lorsque

Jean fonde la mai­son de ma­roCas­se­grain qui­ne­rie en 1948, il sol­li­cite l’illus­tra­teur

pour des­si­ner Tu­renne Che­val­le­reau son lo­go. Soixante- dix ans plus tard, le che­val lan­cé au ga­lop est sans doute d’un des em­blèmes les plus re­con­nais­sables du monde. Pe­tite- fille du fon­da­teur et di­rec­trice ar­tis­tique de la mai­son de­puis 1995, per­pé­tue la

So­phie De­la­fon­taine tra­di­tion en in­vi­tant ré­gu­liè­re­ment des créa­teurs, ar­tistes, peintres, sculp­teurs, à en­ri­chir l’uni­vers de la marque et en ex­po­sant leurs oeuvres dans les trois cents bou­tiques Long­champ. « Je ne suis pas une col­lec­tion­neuse, dit- elle. L’art a tou­jours été très pré­sent dans notre fa­mille et j’aime l’idée de par­ta­ger les oeuvres. C’est un vrai plai­sir pour nous de faire dé­cou­vrir les ar­tistes que nous ai­mons. Pour ce­la, nos bou­tiques sont le lieu idéal. »

Cette an­née, le plas­ti­cien vé­né­zué­lien

Car­los Cruz-Díez a ima­gi­né une ins­tal­la­tion bap­ti­sée Tran­schro­mie mé­ca­nique aléa­toire pour le ma­ga­sin de la Cin­quième Ave­nue à New York. En ver­sion mo­nu­men­tale, Long­champ a créé le concept Art­walk : « Pen­dant les tra­vaux de ré­no­va­tion de nos adresses, nous in­vi­tons des ar­tistes à dé­co­rer les fa­çades. a

Ryan McGin­ness été le pre­mier en 2016, sui­vi de

, plus connu Guillaume Al­by sous le nom de Re­med. » La marque est aus­si mé­cène du Ma­mo, le centre ar­tis­tique de la Ci­té ra­dieuse, à Mar­seille, en as­so­cia­tion avec , et

Ora-ïto sou­tient chaque an­née les ex­po­si­tions qui s’y tiennent. L’art s’im­misce en­fin dans les col­lec­tions, no­tam­ment sur les sacs Pliage : chaque mo­dèle ré­in­ter­pré­té – cette an­née par l’illus­tra­trice – est

Clo’e Floi­rat donc une oeuvre en soi. Si So­phie De­la­fon­taine n’a pas l’âme d’une col­lec­tion­neuse, elle en a l’oeil. Quand on lui de­mande ses pièces ima­gi­naires, la ré­ponse ne se fait pas at­tendre : « Un mur de mon sa­lon si­gné , une sta­tue d’ Da­niel Bu­ren Ugo

dans mon jar­din et des pa­pilRon­di­none lons de dans ma chambre.

Da­mien Hirst On a bien par­lé de rêve ? » —

1 (1) « Un­tit­led », ex­po­si­tion de l’ar­tiste suisse Oli­vier Mos­set au Ma­mo dont Long­champ est mé­cène. (2) So­phie De­la­fon­taine de­vant l’ins­tal­la­tion Tran­schro­mie mé­ca­nique aléa­toire de Car­los Cruz- Díez. (3) Sac Pliage par Clo’e Floi­rat. (4) Pan­neaux de cuir iri­sé réa­li­sés par la sculp­trice He­len Amy Mur­ray pour pour la la bou­tique bou­tique de de la la rue rue Saint- Saint- Ho­no­ré Ho­no­ré à à Pa­ris. Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.