Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin)

« Producteur­s et artistes viennent au Mas par choix »

Sébastien Costamagna, le créateur et directeur du Festival de musique du Mas des Escaravati­ers, dresse un bilan positif de la quinzième saison qui s’est achevée samedi soir

- PROPOS RECUEILLIS PAR T. HUET

Un dernier rappel pour les ultimes notes du 15e Festival de musique du Mas des Escaravati­ers. Samedi soir, le Peuple de l’Herbe a donné le 316e concert sur la scène pugétoise, depuis que Sébastien Costamagna, le maître des lieux, s’est mis en tête d’organiser et de pérenniser « le plus petit des grands festivals ». Quinze ans après, « l’esprit famille » demeure et les artistes se passent le mot pour jouer dans cet endroit intimiste. Images fortes de l’été, fréquentat­ion, état d’esprit, projets : le directeur du festival dresse le bilan d’une saison record.

Dix-huit concerts étalés sur trois mois, une programmat­ion éclectique, une météo favorable... L’affluence a-t-elle été au rendez-vous ? beau cadeau. Catherine Ringer a été géniale et avec la venue de Morcheeba, on a fait un joli coup. Sinon, FFF détient le record de durée sur scène ( h ) et ils aimeraient même venir terminer l’écriture de leur prochain album ici au Mas. Quant à Féfé, c’est sans doute lui qui a le plus embarqué le public cette année (l’artiste a même fini dans la piscine Ndlr).

Des regrets concernant la programmat­ion ? J’aurais bien voulu avoir Imany et LP, mais ça ne l’a pas fait pour des questions de planning. On a quand même eu du beau monde...

Le profil des spectateur­s évolue-t-il avec le temps ? La plus grosse partie vient des Alpes-Maritimes et du Var, et  à  % sont des vacanciers d’autres régions. D’une manière générale, on a réussi à drainer un public de fidèles, à l’image de M. et Mme Gendarme, un couple de Belges qui vient depuis cinq ans et planifie ses vacances en fonction du Mas.

Et le bouche-à-oreille entre artistes continue à bien fonctionne­r… Oui, ils savent qu’ils bénéficien­t d’un accueil familial et ne ressentent pas de stress. Les artistes aiment ça et se sentent bien. On garde notre format et notre état d’esprit. L’image du Mas des Escaravati­ers est très bonne dans toute la France, notamment à Paris. Les profession­nels ont beaucoup de bienveilla­nce à notre égard et les artistes comme les producteur­s viennent au Mas par choix. De nombreux observateu­rs louent aussi la qualité de notre manière de fonctionne­r. Nous avons notamment été mentionnés par l’Agence régionale pour l’environnem­ent (Arpe) s’agissant de notre démarche environnem­entale (tri des déchets, toilettes écologique­s...) chapeautée par Tatiana Lambert, une bénévole. J’en profite pour remercier toute l’équipe, dont les nombreux bénévoles.

Que peut-on attendre de la saison prochaine ? Pour la programmat­ion, je commence à prospecter au mois de novembre. Ça passe évidemment par Paris. L’an prochain, il devrait y avoir une surprise...

L’an prochain, il devrait y avoir une surprise... ”

Newspapers in French

Newspapers from France