Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin)

Les carmes déchaussés derniers occupants du couvent

-

À l’origine, la cavité était naturelle, modelée par les concrétion­s calcaires. De grandes stalactite­s en témoignent. Puis l’Homme a façonné les lieux. Retaillé des parois de tuf, maçonné certaines parties avec des enduits à la chaux, conforté les entrées avec des voûtes en pierres de taille. Les troglodyte­s des Carmes comprennen­t vestibule, couloir, niches… et quatre chapelles dont une principale avec sa nef, son choeur et son autel avec au-dessus des décoration­s en coquillage­s. Le Départemen­t a sécurisé les lieux pour permettre la visite de certaines pièces du site. Une fois à l’intérieur, l’histoire du couvent – dont la partie habitation devait se situer dans un bâtiment au-dessus – ressurgit. Les premiers occupants « officiels » en 1552 étaient des flagellant­s, autorisés à se réunir dans la Baume de Joachim. Ils aménagent notamment en 1648 une chapelle dans la grotte. En 1678, l’évêché propose aux carmes déchaux ou déchaussés de s’installer. Ils – de trois à huit moines auraient vécu dans le couvent – quittent les lieux en 1788. Leur ordre est dissous en 1792.

Newspapers in French

Newspapers from France