Les fo­rêts se­ront nos al­liées mais elles sont me­na­cées

Var-Matin (Brignoles / Le Luc / Saint-Maximin) - - Le Dossier Du Dimanche - Les villes de­vront gé­rer, de mieux en mieux, leurs dé­chets pour en re­je­ter le moins pos­sible vers l’ex­té­rieur. Var et Alpes-Ma­ri­times sont en re­tard. Ils font trans­por­ter des cen­taines de mil­liers de tonnes vers d’autres dé­par­te­ments en ca­mion, jusque dan

Les arbres piègent et stockent le car­bone, un des com­po­sants des gaz à ef­fet de serre, émis dans l’at­mo­sphère et res­pon­sable du chan­ge­ment cli­ma­tique. Le car­bone re­pré­sente 50 % du poids d’un arbre. Alors tant mieux si les fo­rêts couvrent près de 60 % du Var et plus de 50 % des Alpes-Ma­ri­times. Mais elles souffrent de la hausse des tem­pé­ra­tures et des sé­che­resses. Celles de 2016 et 2017 « sortent de toutes les me­sures ja­mais en­re­gis­trées », sou­ligne Hen­drik Da­vi, cher­cheur en éco­lo­gie des fo­rêts à l’Inra Vau­cluse. « On constate des dé­fo­lia­tions en basse al­ti­tude sur les chênes verts et les pins d’Alep. À plus haute al­ti­tude, dans le Mer­can­tour, par exemple, on ob­serve une hausse du taux de mor­ta­li­té des sa­pins no­tam­ment .» Les émis­sions de gaz à ef­fet de serre sont re­par­ties à la hausse en France. Dans le pire des scé­na­rios, c’est comme si les fo­rêts pas­saient d’un cli­mat de 1400 mètres d’al­ti­tude à 800 mètres d’al­ti­tude. « Les fo­rêts peuvent mi­grer vers les hau­teurs pour re­trou­ver des tem­pé­ra­tures plus clé­mentes, mais là, elles n’en au­ront pas le temps, ex­plique Hen­drik Da­vi. Il fau­drait une mi­gra­tion as­sis­tée, ou ins­tal­ler de nou­velles va­rié­tés mais les gens ne sont pas fa­vo­rables à l’ar­ri­vée d’es­pèces exo­tiques, comme le sa­pin Dou­glas en pro­ve­nance des ÉtatsU­nis.» Ce dé­pé­ris­se­ment des arbres peut en­traî­ner des risques en cas­cade : les feux de fo­rêts dont on sait dé­jà qu’ils se­ront plus nom­breux mais aus­si les cou­lées de boue. Dès à pré­sent, l’ex­ploi­ta­tion des fo­rêts né­ces­site donc une ges­tion qui tienne compte de l’évo­lu­tion du cli­mat. Se­lon Hen­drik Da­vi, « cou­per des arbres pour les brû­ler afin de pro­duire de l’élec­tri­ci­té est une aber­ra­tion, car là, le car­bone qu’ils sto­ckaient part dans l’at­mo­sphère.» La fi­lière bio­masse ne lui semble pas la plus ju­di­cieuse d’au­tant que la moi­tié du bois est im­por­té, du Bré­sil entre autres. « En re­vanche, cou­per les fo­rêts pour construire des mai­sons, ça a un sens, à condi­tion d’or­ga­ni­ser des fi­lières de proxi­mi­té. » Il ne s’agit pas d’en­voyer le bois en Suède pour le faire re­ve­nir sous forme de meubles, comme c’est le cas ac­tuel­le­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.